Dans son autobiographie Bête noire : condamné à plaider, Éric Dupond-Moretti dévoile cette petite phrase qu'il réserve aux juges lorsque le verdict des assises ne lui convient pas.
Éric Dupond-Moretti : cette réplique cinglante qu’il balançait aux juges

Éric Dupond-Moretti n’a pas la langue dans sa poche. Connu pour s’être illustré dans le procès d’Outreau, mais aussi de Patrick Balkany, celui que l’on appelle l’Acquittator n’a jamais caché sa détermination pour que justice soit faite pour tous. Il va même jusqu’à assurer qu’il aurait pu défendre Klaus Barbier et Hitler "s’ils me l’avaient demandé".

En défendant de telles affaires, l’actuel garde des Sceaux n’en est plus à son premier verdict qui ne tourne pas en faveur de ses clients aux assises. "Alors voilà, ça y est, mon client a pris trente ans. Ce n’est pas la première fois, mais je ne m’y habitue pas", écrit-il dans son autobiographie Bête noire : condamné à plaider (éditions Broché), parue en 2012.

Éric Dupond-Moretti ne se plie pas aux usages des assises

Un scénario contrariant pour l’avocat certain que "dans 99% des cas, c’est le président qui décide de l’issue délibérée" et non les jurés "qui ont décidé de condamner". Si l’usage veut que "les avocats aillent saluer le président et ses assesseurs, ainsi que le représentant du ministère public", Eric Dupond-Morreti ne s’y plie pas "systématiquement". "Je ne vais pas saluer ces juges-là pour ne pas avoir à leur dire de gros mots", déclare-t-il.

Alors lorsqu’un président lui lance "d’un air désolé" : "Maître, vous avez bien plaidé", le compagnon d’Isabelle Boulay lui réserve sa petite pique cinglante : "Vous, vous avez mal jugé"....

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !