Emmanuel Macron a poussé en faveur d'une réouverture rapide du Puy du Fou, avant d'annoncer la bonne nouvelle en personne à son bon ami, Philippe de Villiers. Un traitement de faveur qui indigne les acteurs du milieu culturel, qui témoignent de leur incompréhension dans les colonnes de Libération ce mardi 26 mai.
Emmanuel Macron : son traitement de faveur à Philippe de Villiers fait grincer des dents

Contre toute attente, Emmanuel Macron a autorisé la réouverture du Puy du Fou pour le 11 juin prochain. Une nouvelle annoncée directement, et en personne, à son fondateur, "une bonne relation à lui", Philippe de Villiers. Ni une, ni deux, les réactions ont fusé dans le secteur culturel. "Pourquoi le climat serait-il à ce point salubre sur les banquettes du Puy du Fou, et si dangereusement malsain sur les gradins du théâtre antique d'Orange ?", s'agace notamment le site de Diapason. Même son de cloche du côté de Paul Fournier, président de la fédération France Festivals, qui dénonce "une décision amicalo-politique" auprès de Libération.

Contraint de s'expliquer sur ce que d'aucuns assimilent à un traitement de faveur, le ministre de la Culture, Franck Riester, s'est justifié au micro de franceinfo, affirmant avoir été informé d'une décision du président de la République de rouvrir les sites touristiques et parcs à thème en zone verte le 2 juin. Une annonce qui devrait être "officialisée" ce jeudi 28 mai, précise-t-il avant de rappeler que ce secteur relève du secrétaire d'Etat au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne et non de son ministère.

Edouard Philippe s'y est fermement opposé

Si la réouverture du parc à thème historique de Vendée a fait grincer des dents le secteur culturel, cette décision a également été "une pomme de discorde" au sein du couple exécutif, comme le révélait nos confrères du Monde le 22 mai dernier. "J’ai eu...