Le calendrier électoral divise. Selon L'Opinion, ce jeudi 25 juin, Emmanuel Macron a fait part de sa colère face à "un président d'exécutif local", à travers une phrase d'une vulgarité surprenante.
Emmanuel Macron : sa phrase ultra vulgaire sur un sujet qui l'agace particulièrement

Il perd son sang-froid. Lorsque ce n'est pas la pandémie de coronavirus qui le tracasse, c'est le calendrier électoral qui pousse Emmanuel Macron dans ses derniers retranchements. Ce jeudi 25 juin, et comme l'ont révélé nos confrères du quotidien l'Opinion, le président de la République avait rendez-vous avec les présidents de groupes politiques à l'Assemblée nationale. Le but de cette réunion ? Reporter les élections régionales de mars 2021 à une date ultérieure, idéalement après 2022. Le chef de l'État veut, avant tout, privilégier la relance économique sur laquelle les élections pourraient avoir un impact à ses yeux. Du côté de ses opposants, l'argument économique ne convainc pas.

Et alors que certaines régions pourraient être dirigées par de potentiels adversaires lors de l'élection présidentielle de 2022, à l'instar de Laurent Wauquiez (président du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes), Valérie Pécresse (présidente du conseil régional...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !