Jamais à une provocation près, Didier Raoult a dénoncé, dans une interview accordée à L'Express ce jeudi 28 mai, une mesure phare mise en place par Simone Veil dans le domaine de la santé. Des critiques que l'infectiologue avait déjà formulées il y a quelques années, et qui pourraient avoir cette fois une double cible.
Didier Raoult s'en prend à Simone Veil, "une icône de ce pays"

Emmanuel Macron, David Pujadas, Jean-Michel Blanquer… La liste des personnalités politiques ou médiatiques dans le viseur de Didier Raoult est longue. Ce jeudi 28 mai, ce dernier s’en est d’ailleurs pris à nouveau à "une icône de ce pays", déjà cible de ses attaques dans le passé, Simone Veil. Dans une interview accordée à L’Express, le professeur, dont le traitement à base de chloroquine a été désavoué par une étude britannique, a évoqué une mesure prise en partie par l’ancienne magistrate, alors ministre de la Santé. Un symbole selon lui des décisions orientées par les avis des modélisateurs, qu’il estime à l’origine de nombreux maux dans notre pays.

"Tout le merdier dans lequel nous sommes en France, c’est à cause des modélisateurs. Prenez le numerus clausus, mis en place en partie par une icône de ce pays, Simone Veil. Cette restriction dramatique du nombre de médecins était fondée sur des modèles qui n’avaient intégré ni la longévité, ni la féminisation du métier, ni la baisse générale du temps de travail", commence Didier Raoult. Une décision animée selon lui par une "vision d’une rare bêtise", comme il l’avait déjà affirmé dans une tribune écrite pour Le Point en 2018, et qui aurait amené la profession à compter aujourd’hui "une population de vieillards" dans ses rangs.

Une attaque indirecte ?

Faut-il voir dans cette critique une nouvelle pique adressée également à Agnès Buzyn ? La candidate...

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !