En disparaissant, Christophe a emporté avec lui quelques mystères. Chanteur mythique, auteur-compositeur de génie et comédien à ses heures perdues, il avait également un amour profond pour la mer.
Christophe : cette passion méconnue à laquelle il s'adonnait

"Bateau perdu cherche son maître. Qui lui rendra la liberté". Ses paroles, Christophe ne les a pas seulement écrites, il les a également vécues. Dans J'ai entendu la mer, en 1966, le chanteur disparu le 16 avril dernier, criait son amour pour ces étendues bleues qui ont longtemps été son refuge. Véritable passionné de voile et de bateau, c'est sur les flots qu'il allait passer la plupart de ses étés. "Il séjournait sur un Dufour 50 qu'il louait", se souvenait son skipper, peu après sa mort, dans les colonnes de Voiles et Voiliers. Si le chanteur d'Aline passait ses journées à naviguer sur la Méditerranée, ses nuits, il les occupait "à la création musicale, dans un studio d'enregistrement improvisé au coeur du voilier", racontait Patrick Aguilar. Et sur ce bateau, Christophe avait tout ce dont il avait besoin à portée de mains : "Il y avait généralement quelques claviers, une boîte à rythme ou deux et son ordinateur".

Sur cette mer qu'il aimait tant, Christophe créait de nouveaux sons grâce à son environnement. "Il me demandait régulièrement d’essayer de m’approcher de dauphins ou de baleines pour essayer de les enregistrer, mais nous n’y sommes jamais vraiment parvenus, confiait à nos confrères son ami qui l'accompagnait en mer. Par contre, je me souviens que nous avons passé une journée à capter des cris de mouettes qu’il a ensuite triturés pour les intégrer dans la musique de son dernier album, 'Les vestiges du chaos'."...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !