Alors que le nom du remplaçant de Gilles Le Gendre devrait être annoncé courant septembre, Christophe Castaner a fait part de sa volonté de succéder au président du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale. Une candidature qui ne plaît pas à tout le monde, comme le révélait Le Monde ce lundi 3 août.
Christophe Castaner « garde-chiourme » d’Emmanuel Macron : l’ex-ministre étrillé

Victime de nombreuses critiques, Gilles Le Gendre quittera son poste à la rentrée. Plusieurs députés macronistes ont déjà fait part de leur volonté de lui succéder à la tête du groupe La République en marche à l’Assemblée nationale, parmi lesquels François de Rugy, Aurore Bergé, mais également Christophe Castaner. Une candidature qui divise, comme le rapportaient nos confrères du Monde ce lundi 3 août.

Alors que l'ancien ministre de l'Intérieur déclarait ce vendredi 31 juillet avoir "envie d’être candidat à la présidence de notre groupe (…) pleinement politique, qui pèse sur le cours des décisions et travaille étroitement avec l’exécutif", son annonce a fait grincer des dents. "Les députés ne veulent pas d’un garde-chiourme du président mais de quelqu’un qui a du poids", s'est agacé un pilier du groupe, pointant le risque que l'ancien premier flic de France apparaisse comme le candidat de l’Elysée.

"Avoir ma peau était une condition posée par Castex"

Il faut dire que Christophe Castaner n'a pas que des supporters au sein du gouvernement. L'ancien locataire de la place Beauvau, remplacé par Gérald Darmanin, est d'ailleurs persuadé qu'il doit son éviction au nouveau Premier ministre. "Avoir ma peau était une condition posée par Castex", a-t-il lancé devant l'un de ses proches, d'après Le Point. Malgré tout, celui qui vit une relation à distance avec sa femme Hélène était parti la tête haute, se disant "fier" de ses...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !