Depuis sa nomination au ministère de la Santé, Olivier Véran n'a jamais caché sa réticence quant au traitement à la chloroquine pour les patients atteints du Covid-19. Ce samedi 23 mai, une "révision" sur la molécule en question a été demandée par ses soins.
Chloroquine : Olivier Véran tient sa revanche sur Didier Raoult

Le traitement à la chloroquine fait l’objet de multiples débats dans le monde entier. Ce samedi 23 mai, Olivier Véran, le ministre de la Santé nommé in extremis, a saisi le Haut conseil de la santé publique pour demander une « révision des règles dérogatoires de prescription » au sujet de l'hydroxychloroquine, comme l’indique l’élu sur son compte Twitter. Le ministre de la Santé affirme agir ainsi à la suite de la publication dans The Lancet, une revue scientifique médicale britannique, d’une étude « alertant sur l'inefficacité et les risques de certains traitements du #COVID-19 ». Olivier Véran s’était toujours montré très réticent face à la chloroquine, vue comme certains scientifiques parmi lesquels Didier Raoult, comme le remède miracle contre le coronavirus.

Au contraire, en avril dernier, Emmanuel Macron avait annoncé à Radio France Internationale (RFI) que le traitement défendu par Didier Raoult devait être « testé ». « Il faut qu'on avance, qu'on montre l'efficacité et qu'on mesure la toxicité », indiquait celui qui affirmait néanmoins être toujours « très prudent » au sujet de ce traitement.

L’usage de la chloroquine déjà restreint en France

Dans la foulée, Emmanuel Macron avait d’ailleurs rendu une visite surprise à Didier Raoult à Marseille pour échanger avec celui qui le « passionne » autour notamment de ce médicament utilisé pour soigner le paludisme. En dehors des essais cliniques,...