Lors de la deuxième audition de Cédric Jubillar, qui s'est déroulée ce vendredi 3 décembre, les avocats du présumé coupable ont été clairs. Il faut que l'enquête se dirige vers d'autres pistes.
Cédric Jubillar coupable ? "Il est grand temps que la justice s’intéresse à d’autres pistes"

Ce vendredi 3 décembre a été une date clé dans l'affaire Delphine Jubillar. Le mari de la disparue, et principal suspect de l'enquête, a longuement été entendu par les magistrats instructeurs. Il a ainsi pu évoquer la nuit du 15 au 16 décembre 2020, un jour tragique qui marque la disparition de son épouse. À la suite de cette deuxième audition qui aura duré près de six heures, les avocats du coupable présumé se sont exprimés. "Je crois que cet interrogatoire marque la fin d’un cycle, le cycle Cédric Jubillar. Il est grand temps que la justice s’intéresse à d’autres pistes", ont-ils déclaré. Des paroles relayées par LCI. Pour eux, la piste du mari est tout simplement "épuisée".

Depuis le premier jour de l'enquête, Cédric Jubillar clame son innocence. Cependant, Me Alexandre Martin, l'avocat du mari de l'infirmière, accuse les juges d'instruction d'être des "porte-paroles des gendarmes". "C'est un dossier où les enquêteurs sont partis du postulat que ça ne pouvait être que lui, toute l'enquête a pour objectif d'essayer de démontrer cette conviction", a-t-il fustigé à l'antenne de BFMTV, avant de poursuivre : "Ce qui est insupportable, c'est que les magistrats instructeurs ne font que rapporter le travail des gendarmes, ce sont les gendarmes qui mènent cette instruction." L'avocat a également tenu à déplorer : "Quand un gendarme fait un procès de synthèse fallacieux, les questions posées par les magistrats partent sur des...

Besoin de faire le point sur votre suite de carrière ? Ou de créer votre entreprise ? Découvrez notre formation prise en charge à 100% par l'état >