Réfugié au Liban depuis son évasion du Japon, l'ex patron de Renault-Nissan a confié que de lourdes menaces pesaient sur sa sécurité.
Carlos Ghosn menacé de mort : "On m'a prévenu d'un risque d'attentat"

Depuis le 29 décembre 2019, Carlos Ghosn vit au Liban. L'ex homme d'affaires, qui était PDG de Renault-Nissan, s'était enfui du Japon où il était arrêté par la justice du pays, accusé de dissimulation de revenus et d'utilisations de fonds de ses entreprises à des fins personnelles. Une fuite qui a permis à Carlos Ghosn d'échapper à la justice japonaise, mais aussi de retrouver une vie normale, aux côtés de son épouse Carole. Néanmoins, l'ancien patron automobile reste très vigilent sur sa sécurité.

"J'ai reçu des menaces de mort", a-t-il confié à Paris Match, lors d'un entretien confession publié par l'hebdomadaire le 15 janvier. "Des services m'ont prévenu d'un risque d'attentat, on m'a dit de limiter mes déplacements", poursuit le père de famille. Et selon lui, des personnes qui lui veulent du mal pourraient même se faire passer pour des journalistes : "des dizaines de reporters japonais campent devant ma maison ; pour surveiller ou s'en prendre à moi,...