Lorsque Alexandre Benalla faisait les gros titres, Brigitte Macron s'était imposée comme bouclier entre l'ex-garde du corps et les autres membres du gouvernement, comme le révèle Le Parisien.
Brigitte Macron : comment elle a tenté de protéger Alexandre Benalla

Au mois de juillet 2018, alors que les Français célébraient la deuxième victoire des Bleus, qui soulevaient la Coupe du monde de football, Emmanuel Macron faisait face à un scandale marquant de sa présidence. Mais lorsque l'affaire Alexandre Benalla éclatait, révélée dans les colonnes du Monde quand ce dernier avait été identifié dans une vidéo compromettante datant du 1er mai de la même année (et dans laquelle il avait participé à l'interpellation musclée d'un manifestant), Brigitte Macron n'a pas souhaité accabler davantage l'ex-garde du corps présidentiel. La Première dame qui "apprécie" le principal concerné selon le quotidien Le Parisien, s'est alors interposée comme un bouclier pour le protéger, tandis que l'Élysée privilégiait un silence de marbre. Elle avait alors sommé certains ministres "de ne pas lâcher le jeune garde du corps."

Démarche protectrice dont Brigitte Macron s'est souvenue avec, sans doute, une pointe de regret, un an plus tard, toujours d'après nos confrères. "Personnellement, j'ai été étonnée de l'ampleur que l'affaire a prise", confiait l'institutrice. Et de concéder : "on a certainement minimisé et moi la première." La polémique est, depuis, entrée dans les annales, replongeant parfois la sphère présidentielle dans l'embarras. Informée de l'identité d'Alexandre Benalla dès le 2 mai 2018, l'Élysée l'avait sanctionné avec une mise à pied durant une quinzaine de jours peu de temps plus tard et une...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !