Aya Nakamura représente-t-elle vraiment un danger pour la démocratie ? Un journal satirique vient de dresser un portrait très critique de la chanteuse d'origine malienne.
Aya Nakamura est une menace pour la démocratie : un journal satirique se déchaîne !

Tandis qu'elle se prépare à chanter aux États-Unis, au festival de Coachella  , pour 3 week-ends, en avril prochain, Aya Nakamura est actuellement la cible du journal satirique : Le Fakir (dont le slogan annonce la couleur : "Journal fâché avec tout le monde. Ou presque").

"Entre la dondon et l’actrice porno"

Dans sa chronique - "J’ai envie de tuer… Aya Nakamura" (qui suit "J’ai envie de tuer… Cristina Cordula" et "J’ai envie de tuer… Tony Parker") - celui qui écrit sur le pseudonyme Darwin a dressé un portrait au vitriol de la chanteuse de "Djadja". A l'instar de Matthieu Delormeau, qui n'a jamais caché son mépris pour la chanteuse (qu'il surnomme la "Madonna de banlieue  "), cet anonyme a déploré de son côté les "gesticulations obscènes sur scène, à mi-chemin entre la dondon et l’actrice porno" d'Aya Nakamura. 

Une mise en scène qui ne lui fait ni chaud ni froid, visiblement puisqu'il estime : "Pas même sa poitrine comprimée façon bandage...