La tension monte au sein de la rédaction du magazine C dans l'air, présenté par la journaliste Caroline Roux. Des reporters auraient menacé de faire grève, dénonçant leurs conditions de travail qu'ils jugent précaires.
Après les démissions à Télématin, crispation à la rédaction de C dans l’air

Rien ne va plus au sein de la rédaction de C dans l’air. Une quinzaine de journalistes reporters en CDDU (contrat à durée déterminée d’usage) se seraient plaint de leurs conditions de travail auprès du producteur de l’émission, allant même jusqu’à le menacer de faire grève, selon le journal le Parisien. En cause, le rythme effréné mené par la rédaction qui doit produire 312 numéros par an du lundi au samedi, sans compter les numéros spéciaux en prime time sur le terrorisme, la tentation populiste en Europe, la dette, diffusé ce mardi 10 décembre "et un prochain numéro en préparation pour 2020", annonce le Parisien.

Une action collective qui aurait, en partie, portée ses fruits puisque les reporters ont obtenu des jours de vacances supplémentaires. Jusqu’à aujourd’hui, ces derniers ne bénéficiaient que de "cinq jours de vacances par an, une autre partie des congés payés étant incluse dans la rémunération". "Les journalistes ont exprimé quelque chose que j'ai entendu" note Bruno Gaston, le producteur de la quotidienne et patron de Maximal Productions dans les colonnes du Parisien. Ils ont les mêmes contrats que ceux signés depuis 17 ans. J'ai satisfait leur demande car ils ont énormément de travail, c'est désormais six jours sur sept, le niveau d'exigence n'est plus le même".

Reste à savoir si ces compensations suffiront à calmer les tensions qui émergent au sein de la rédaction de France 5. Un malaise qui n’est pas...

Vous aussi vous avez un peu de temps devant vous ? Profitez de 30 jours d'essai gratuit à Prime Video pour voir et revoir tous les films et séries préférés.