Depuis l'annonce d'un reconfinemment, la fermeture des commerces « non essentiels » fait polémique. Dimanche 15 novembre, dans une chronique publiée dans le Journal du dimanche, c'est Anne Roumanoff qui a livré une plaidoirie particulièrement touchante par les temps qui courent…
Anne Roumanoff : sa poignante chronique contre la fermeture des commerces « non essentiels »

Les débats s’enchainent mais ne se ressemblent pas (tout à fait). Il y a plusieurs semaines maintenant, face à la deuxième vague de coronavirus qui déferle en France, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’un reconfinement. Un véritable cataclysme pour beaucoup de Français. Dans la foulée, le gouvernement a annoncé une série de mesures qui n’ont pas toutes été comprises par l’opinion publique. Parmi elles : la fermeture des librairies, considérées comme des commerces « non essentiels », en a ulcéré plus d’un. Dans la sphère médiatique, de nombreuses célébrités sont d’ailleurs montées au créneau pour dénoncer cette mesure, encore difficilement compréhensible pour certains. C’est le cas d’Anne Roumanoff. Dans sa chronique Rouge Vif, publiée dans le JDD, l’humoriste de 55 ans a souhaité parler de « La peine essentielle des non-essentiels », comme l’indique le titre. L’occasion de défendre des idéaux bousculés par une actualité difficile à gérer, mais aussi de mettre en avant des professionnels trop souvent dans l’ombre...

Parmi eux, il y a donc le libraire, qui « n’y arrive plus trop en ce moment », à...

Pourquoi nous donnons le bilan de compétence pour seulement 0€ – Ce n’est pas une erreur de prix ! Cliquez ici pour en savoir plus >