Agnès Buzyn avait fait de ce début d'année un combat avec sa candidature aux élections municipales. Mais pour l'heure, en pleine crise du coronavirus, c'est à l'hôpital qu'elle mène une bataille sans précédent avec le personnel soignant.
Agnès Buzyn : la candidate LREM aux municipales de Paris en renfort à l'hôpital

Le temps de la campagne de l’élection municipale paraît bien loin pour Agnès Buzyn. La candidate LREM, remplaçante de Benjamin Griveaux, déchu après la publication de vidéos de lui à caractère sexuel par l’artiste russe Piotr Pavlenski, est pour l’heure livrée à un tout autre combat. L’ex-ministre de la Santé « a demandé sa réintégration provisoire à l’AP-HP pour soutenir ses collègues médecins ». Une requête bien évidemment honorée. Selon les informations obtenues par Le Parisien, « c’est à l’hôpital militaire de Percy-Clamart (Hauts-de-Seine) qu’elle a renfilé sa blouse pour exercer toute la journée dans une cellule Covid-19 ». La politique de 58 ans n’est toutefois pas confrontée au manque de matériel puisqu’elle intervient « avec une tenue scaphandre, protégée de la tête aux pieds » selon un élu LREM : « Je bosse. Je suis à fond à l’hôpital pour me rendre utile. Je ne fais que ça » a déclaré Agnès Buzyn toujours selon Le Parisien. Une façon sans doute d’oublier la tempête qu’elle a provoquée.

Au front pour oublier

Au lendemain du premier tour de l’élection municipale, Agnès Buzyn s’était...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef