Agnès Buzyn a accordé une interview explosive au Monde, publiée mardi 17 mars. Des proches d'Edouard Philippe n'ont pas manqué d'y voir une "vengeance mal placée" contre le Premier ministre de la part de la candidate malheureuse à la mairie de Paris.
Agnès Buzyn et son interview critique : "une vengeance mal placée" contre Edouard Philippe ?

Les propos d'Agnès Buzyn lors d'une interview au Monde mardi 17 mars en ont sidéré plus d'un. L'ancienne ministre de la Santé, qui a quitté son poste en pleine crise du coronavirus pour se porter candidate LREM à la mairie de Paris après l'affaire Griveaux, a qualifié de "mascarade" la campagne pour les municipales et fait part de ses regrets. "On aurait dû tout arrêter", a-t-elle déclaré.

Puis d'évoquer ses larmes lors de la passation de pouvoir avec le nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran. "Je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous. Je suis partie en sachant que les élections n'auraient pas lieu", a affirmé Agnès Buzyn.

Elle s'en est également pris à Edouard Philippe et Emmanuel Macron, assurant avoir tenté de mettre en garde le gouvernement quant à l'ampleur de la crise sanitaire à venir. "Le 11 janvier, j'ai envoyé un message au gouvernement sur la situation. Le 30 janvier, j'ai averti Edouard Philippe que les...