Après presqu'un an d'enquête, de nouveaux résultats d'analyse ont été dévoilés dans la presse. Ces derniers, bien qu'ils ne donnent aucun indice sur la localisation de Delphine Jubillar, pourraient jouer un rôle important dans la défense de son mari.
Affaire Delphine Jubillar : ce résultat d'analyse qui bouleverse l'enquête

L’analyse a pris du retard. Un an s’est presque écoulé depuis la disparition de Delphine Jubillar – dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 - tout comme depuis le prélèvement d’éventuelles pièces à conviction par les enquêteurs. En effet, le 17 décembre 2020, comme l’a raconté La Dépêche, les autorités ont saisi une couette que Cédric Jubillar, le mari de l’infirmière disparue, avait fait tourner en machine à 5 heures du matin, ainsi que plusieurs prélèvements de l’eau de la machine à laver et du lavabo de la salle de bain. Quasiment un an après ces échantillonnages, les résultats d’analyse sont enfin connus ce mercredi 13 octobre, et les rapports scientifiques ne font état d’aucune trace de sang.

Des résultats qui ne permettent pas encore à ce jour, de découvrir ce qui est arrivé à l’infirmière du Tarn, en revanche, cela pourrait aider son mari, Cédric Jubillar, accusé d’homicide volontaire sur conjoint, qui clame son innocence depuis le début de la disparition de son épouse. L’homme, incarcéré dans la prison de Seysses, avait déjà été interrogé par les enquêteurs au sujet de cette machine à laver lancée à une heure peu commune. L’ouvrier du bâtiment avait simplement rétorqué : "C’était pour m’occuper", en attendant l’arrivée des premiers policiers au domicile conjugal.

Bien qu’il plaide son innocence depuis le début de l'affaire, et continuellement depuis sa mise en examen, le trentenaire...