Sommaire

Investir au Portugal : bien comprendre le métrage et la fiscalité du pays

Contrairement à l’immobilier français, les biens situés au Portugal ne se mesurent pas en mètres carrés, mais en mètres tout court. Le métrage selon la loi Carrez n’existe pas, "on achète donc des mètres bruts", explique Cécile Gonçalves.

Au-delà de cela, il convient de noter que "lorsque l’on achète un logement ou une maison au Portugal, les acquéreurs sont, ensuite, soumis à une imposition liée à l’acquisition qui oscille entre 0 et 6,5 % du montant de l’achat. "Lequel montant", précise notre spécialiste, "varie soit en fonction de la valeur cadastrale du bien, soit au regard de sa valeur vénale (sa valeur sur le marché). En général, cette seconde valeur prévaut".

Quant à ce qu’il est actuellement possible d’acheter dans l’une des stations balnéaires de l’Algarve actuellement, notre experte fait état de programmes neufs proposant des appartements de 150 m2 pourvus de trois chambres, de deux suites parentales, d’une piscine chauffée sur le toit. Le tout pour 450 000 euros, prestations inclues.Autre point différenciant si vous choisissez d’acheter un bien au Portugal ? Les frais d’agence. Là-bas, ils se révèlent, non pas à la charge de l’acquéreur, mais bien à celle du vendeur. Ils sont portés à 5 % du prix de vente.

Une autre taxe équivalente à notre taxe foncière doit être prise en compte avant tout achat. Elle s’appuie, cette fois, sur valeur cadastrale du bien visé et varie de 0 à 0,5 %. A titre de comparaison, "ce taux avoisine les 750 euros par an en France", souligne la directrice de Maison au Portugal.

Vous souhaitez faire une reconversion ? Vous souhaitez changer de métier ? Bénéficiez d'un accompagnement personnalisé : 100% pris en charge par l'état >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.