Après Lille, Biarritz et Saint-Malo, la métropole rennaise crée un Organisme de foncier solidaire afin de réduire les effets pervers de l'ancien système d'accession sociale à la propriété. Les ménages seront dorénavant propriétaires de leur maison, mais locataires du terrain. Explications.
IllustrationIstock

Accession sociale à la propriété : Rennes revoit son système

Quasi 4000 euros le mètre carré ! Soit 500 euros de plus qu’il y a 3 ans. Tout comme dans plusieurs grandes villes de l’hexagone, le prix des logements a fortement augmenté à Rennes. Raison pour laquelle la ville s’engage en faveur de la mixité sociale. Son dispositif d’accession sociale à la propriété, souvent cité en exemple depuis sa mise en place en 1997, a ainsi permis à 5 500 foyers à revenus modestes ou intermédiaires de devenir propriétaires.

Revers de la médaille, les clauses anti-spéculatives ne sont pas vraiment efficaces. Les bénéficiaires ayant profité de ces aides publiques ont revendu leur propriété au prix fort. Honoré Puil, Vice-Président de Rennes Métropole chargé du logement s’inquiétait alors de cette situation dans les colonnes de 20 minutes : "Une fois vendu, le logement perd sa vocation sociale. Ce dispositif ne profite donc qu’au premier acquéreur qui est libre de revendre son bien comme il l’entend."

Afin d’éviter ces dérives et de garder une vocation solidaire, la capitale Bretonne a décidé de revoir son système en février dernier, en créant un Organisme de foncier solidaire (OFS), tout comme Lille en 2017, puis Biarritz et Saint-Malo.

A lire aussi : CAF, APL... Ces aides au logement pour votre crédit immobilier