Vidéos A la une
Pour les opposants au projet de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, c'était une des dernières occasions de manifester avant le procès du...
Vidéos A la une
La préfecture de Loire-Atlantique a annoncé vendredi que l'Etat engageait la "reprise des travaux" du projet contesté d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes près de Nantes, en suspens depuis l'automne 2012. Une annonce qui a vivement fait réagir les zadistes sur zone ... Anais Crouts, Amandine Dubiez et Anais Michaud.
Vidéos A la une
Après l'annonce par préfecture de Loire-Atlantique vendredi que l'État engageait la "reprise des travaux" du projet contesté d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes près de Nantes, le député écologiste François de Rugy a dénoncé sur BFMTV une décision "contradictoire avec les engagements répétés jusqu'à présent du président de la République, François Hollande".
Vidéos A la une
DROIT DE SUITE - Chaque matin retour sur un sujet, un personnage, un lieu qui a marqué l'actualité de ces derniers mois. Ce lundi, RMC est retourné sur le site de Sivens, dans le Tarn, où un opposant à la construction d'un barrage a perdu la vie le 26 octobre dernier. Bourdin Direct est une émission d'information dans laquelle interviennent en direct les acteurs de l'actualité.
Vidéos A la une
Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur, était l'invité de BFM Story, le 6 mars 2015. Le conseil général du Tarn a voté par 43 voix contre 3 pour un projet de barrage réduit sur le site de Sivens. Le conseil a également exigé "l'expulsion sans délai" des zadistes qui occupaient le site. La plupart des quarante opposants avaient ainsi quitté le camp dans le calme ce vendredi. Certains sont partis d'eux-mêmes, tandis que d'autres ont été interpellées par les gendarmes mobiles. Le ministère de l'Intérieur fait état de l'arrestation de 21 personnes, dont une partie a été placée en garde à vue "pour attroupement interdit et violences sur agents de la force publique".
Vidéos A la une
Le gouvernement a mis fin vendredi après-midi, immédiatement après le vote du Conseil général du Tarn pour un ouvrage réduit par rapport au projet initial, à 16 mois d'occupation du site par les zadistes. Bernard Cazeneuve a fait état de 21 personnes interpellées, dont une partie en garde à vue "pour attroupement interdit et violences sur agents de la force publique". Le Premier ministre, Manuel Valls, a déjà promis "une réponse extrêmement ferme de l'Etat" à l'encontre de "ceux qui continueraient sur le terrain à s'opposer à la légitimité des élus du territoire".
Vidéos A la une
Les gendarmes bloquent depuis samedi les deux principaux accès au site contesté du barrage à Sivens. Il y a eu plusieurs incidents entre zadistes et agriculteurs pro-barrage depuis vendredi soir. Et la tension ne va pas retomber. Les agriculteurs organisent un blocus du site à partir de lundi. Dans l'attente d'une décision du Conseil général sur un projet de remplacement vendredi.
Vidéos A la une
Récit d'un nouvel après midi de violence dans la ville de Toulouse lors de la manifestation des Zadistes.
Vidéos A la une
Pascal Mailhos, préfet de Haute-Garonne, réagit après les violences de ce week-end à Toulouse.
Vidéos A la une
Les Zadistes vont se rassembler samedi contre les projets dits inutiles et couteux lors d'une manifestation non autorisée.
Vidéos A la une
Les agriculteurs menacent de faire évacuer le site de La Métairie Neuve occupé par les zadistes et cela avant même le 6 mars.
Vidéos A la une
quotidien "Le Monde" a révélé mercredi que lors de la nuit des affrontements à Sivens fin octobre, les gendarmes avaient tout de suite compris qu'une de leur grenade avait tué Rémi Fraisse, contrairement à leurs déclarations officielles. Les militants zadistes dénoncent une manipulation.
Vidéos A la une
Appelés les "zadistes", ils sont les plus farouches opposants au barrage de Sivens. Ils sont installés depuis plusieurs mois dans la zone à défendre. Déterminés à ne pas quitter les lieux tant que le projet ne sera pas annulé, leur camp est devenu une véritable forteresse où tout est contrôlé par les occupants. Une équipe de BFMTV a pu filmer leur quotidien.
Publicité