Revue du web
Avec La Tribune
Dès le 19 septembre, Jeff Jones, l'ancien directeur marketing de Target, deviendra le commandant en second de Travis Kalanick, fondateur de la multinationale valorisée 70 milliards de dollars.
Revue du web
Avec La Tribune
Confrontés à une concurrence féroce et à de nombreux démêlés avec les autorités locales, les sociétés de VTC Uber et Careem ont décidé de stopper temporairement leurs services dans ce pays du golfe. Premiers signes d'un échec?
Vidéos Argent/Bourse
A l'assemblée nationale on va examiner, ce mardi, une proposition de loi du député Laurent Grandguillaume pour encadrer le secteur. C'est la troisième depuis 2013, et l'objectif est clair : mettre fin au conflit entre taxis et VTC.
Vidéos Argent/Bourse
Marcel Chauffeur est une plateforme de réservation de voitures avec chauffeurs privés en Ile-de-France. Basée sur le principe du yield-management, la start-up séduit ses clients en incitant les réservations à l'avance pour avoir des réductions. Plus on réserve à l'avance, plus le tarif de la course est moins cher. Marcel vient de lever 1 millions d'euros pour se développer et étendre sa flotte de 1000 chauffeurs. - Avec: Bertrand Altmayer, cofondateur de Marcel Chauffeur. - Good Morning Business, du mardi 19 juillet 2016, présenté par Stéphane Soumier, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Alain Vidalies, ministre des Transports, voudrait créer un fonds annuel de 100 millions d'euros. Les secteurs du taxi et du VTC seraient mis à contribution pour l'abonder, et non le contribuable
Vidéos A la une
La police renforce ses contrôles sur les VTC, des voitures de transport avec chauffeur qui circulent plus ou moins légalement.
Vidéos A la une
Quelques dizaines de VTC menaient ce lundi matin une opération escargot entre l'aéroport de Roissy et Paris, à l'appel du seul syndicat de la profession SETP. Le trafic a été légèrement perturbé. L'opération a été encadrée de manière très stricte par la police. La troisième voie de l'A1 a été laissée libre à la circulation. Les VTC dénoncent "une dégradation" des conditions de travail et un "acharnement" des contrôles de police.
Magazine auto
Plus de contrôles, la fin de la licence payante, une formation... Voici les différentes pistes proposées pour mettre fin au conflit entre taxis et VTC.  
Vidéos A la une
Sur l'autoroute A1, des VTC mobilisés contre les concessions du gouvernement aux taxis ont bloqué vendredi soir pendant presque deux heures la circulation. A côté de l'aéroport Charles-de-Gaulle, ils ont imposés à des chauffeurs de VTC et des taxis d'abandonner leur clientèle sur le bord de la route, en stoppant le compteur. Les forces de l'ordre, qui ont levé le barrage, ont réquisitionné des taxis, même s'ils étaient occupés. L'accès principal à Roissy est toujours fermé par la police. Les VTC, eux, ont pris la direction de la Porte Maillot.
Vidéos A la une
A la suite des manifestations de VTC, le médiateur Laurent Grandguillaume a réagi sur BFMTV pour affirmer qu'il ne savait pas " de quelle organisation" sont les manifestants, puisque toutes les organisations étaient avec lui "autour de la table". En ce qui concerne les négociations, le député socialiste a déclaré que "le travail est constructif". "L'idée est d'aboutir à une concurrence saine, loyale, avec des règles justes et qui soient respectées", a-t-il expliqué. "Il faut des qualifications, c'est normal qu'il y en ait, qu'il y ait une protection des consommateurs quand on transporte des personnes", a-t-il conclu.
Vidéos A la une
Quarante-huit heures après la manifestation à Paris, les professionnels ayant recourt à Uber et à des plateformes similaires manifestent à...
Vidéos A la une
La mobilisation des VTC se poursuit vendredi, aux abords de l'aéroport Roissy où ils ont mis en place des barrages filtrants. Ils manifestent leur colère face aux annonces du gouvernement qui menaceraient, selon eux, entre 10.000 et 15.000 emplois dans leur secteur. Conséquence de ces blocages, notamment aux accès du Terminal 2, des voyageurs accèdent à l'aéroport à pied.
Vidéos A la une
La mobilisation des VTC se poursuit vendredi, du côté de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle. Les chauffeurs de VTC ont mis en place des barrages filtrants et obligent les taxis à arrêter le compteur pour transporter les voyageurs jusqu'à l'aérogare. Certaines personnes ont dû décharger leurs valises pour tenter de rejoindre les terminaux à pied. Les policiers sont nombreux en raison de l'atmosphère sous tension.
Vidéos A la une
La semaine dernière les taxis étaient dans la rue pour protester contre la concurrence déloyale des VTC. Aujourd'hui, c'est au tour de ces...
Actualités
La grogne des taxis contre les VTC a fait la une de l’actualité ces derniers jours. Mais combien gagnent ces professions ? Eléments de réponse.  
Vidéos A la une
PARIS - 28 janvier 2016 - En guerre contre les véhicules de transports avec chauffeurs (VTC) et notamment ceux de la société Uber, les taxis en étaient, jeudi, à leur troisième jour de grève. Des échanges musclés ont parfois eu lieu entre grévistes et non grévistes. En soirée, les organisations professionnelles ont été reçues à Matignon. Manuel Valls a promis des contrôles renforcés sur les VTC. A l'issue de la rencontre, plusieurs syndicats ont appelé les chauffeurs à lever les barrages. D'autres veulent auparavant consulter leur base.
Vidéos A la une
La mobilisation des chauffeurs de taxi contre Uber continue. Jeudi, les taxis ont entamé la troisième journée consécutive de manifestation.
Vidéos A la une
Le député PS Laurent Grandguillaume a été nommé mardi soir médiateur, en charge de la concertation entre les taxis et les VTC. Invité sur RMC ce mercredi, il a reconnu que la traque des chauffeurs illégaux a été insuffisante. Bourdin Direct est une émission d'information dans laquelle interviennent en direct les acteurs de l'actualité.
Vidéos A la une
Ce mercredi matin, la grève des taxis continuent à Paris. Les chauffeurs poursuivent leur mouvement à Porte Maillot, à Bercy ainsi qu'aux aéroports d'Orly et de Roissy. La nomination de Laurent Grandguillaume en tant que médiateur ne les satisfait pas. "On nous fait des promesses depuis plus de trois ans et on est toujours dans le même cas, on ne peut plus tenir", a déclaré Ibrahima Sylla, président de l'association Taxis de France.
Vidéos A la une
Laurence Parisot était l'invitée de Nathalie Levy sur BFMTV ce mardi soir. L'ancienne présidente du Medef a réagi au mouvement de grève des taxis contre la concurrence des VTC. "Il est hors de question d'interdire les VTC", a-t-elle déclaré. "On ne va pas par la loi interdire l'évolution naturelle et demandée par les consommateurs et les clients", a-t-elle ajouté. Cependant, elle s'est montrée favorable à une indemnisation pour les chauffeurs de taxis. "Si on doit changer les règles du jeu, il est tout à fait normal de penser à une indemnisation", a-t-elle estimé. Selon elle, ces nouvelles règles devront être "claires et acceptées par toutes les parties".
Vidéos A la une
Le secrétaire national du parti de gauche a commenté mardi soir sur BFMTV la grève des taxis pour protester contre la concurrence des VTC. "Ce qu'on appelle ubérisation signifie précarisation. C'est le problème. C'est un modèle sur lequel on ne peut pas s'aligner. Uber ne paie d'impôts en France. Car en vérité c'est pseudo auto-entrepreneurs sont des salariés déguisés. Ils travaillent énormément pour des rémunérations beaucoup plus basses que les chauffeurs de taxi. C'est un modèle qui tire vers le bas", a-t-il déclaré.
Vidéos A la une
La grève des taxis de ce mardi a été entachée par des violences, aussi bien en région parisienne que dans le nord de la France. A Paris à porte Maillot, des manifestants ont jeté des pneus depuis la balustrade au-dessus du périphérique intérieur pour bloquer les voitures, puis un feu a été allumé sur la chaussée. Il y a ensuite eu un accrochage à l'entrée de l'aéroport d'Orly, où les chauffeurs de taxis avaient constitué un barrage filtrant. Une navette qui faisait le trajet entre un parking et le terminal a reçu un violent coup de pied dans la porte arrière. Un des passagers a été sorti de force et le véhicule a tenté de repartir en renversant un homme au passage. Les manifestants l'ont rattrapé et l'altercation s'est poursuivie. Dans le nord, à Lille, un salarié d'une société VTC a été pris à parti. "J'ai été rattrapé par une bonne dizaine de chauffeurs de taxis qui m'ont tiré de force de mon véhicule. J'ai été bousculé", a-t-il raconté. Ils ne se sont pas arrêté là, "ils ont cassé des oeufs partout dans toute la voiture", a-t-il ajouté. L'un de ses collègues est à l'hôpital après une agression du même type.
Vidéos A la une
Ibrahima Sylla, le président de l'association Taxis de France, est intervenu ce mardi matin sur BFMTV pour dénoncer un "ras-le-bol" des chauffeurs de taxis. "L'Etat a déshabillé Pierre, les taxis, pour habiller Paul, les VTC", a-t-il accusé. "On a que deux exigences, et c'est au gouvernement de prendre ses responsabilités, l'éradication des VTC ou bien l'indemnisation des taxis", a-t-il conclu. Depuis ce midi, Ibrahima Sylla, ainsi que d'autres représentants, est reçu par le Premier ministre Manuel Valls.
Vidéos A la une
Manuel Valls a condamné mardi des violences "inadmissibles", en marge de la manifestation des chauffeurs de taxi franciliens contre la concurrence des véhicules de transport avec chauffeur (VTC), émaillée par plusieurs incidents qui ont fait un blessé. "Aucune cause ne peut justifier une telle violence", a déclaré le Premier ministre à la sortie de la réunion du groupe socialiste à l'Assemblée.
Vidéos A la une
Paris, Aix-en-Provence, Toulouse ou encore ici, à Marseille. Le mouvement de protestation des chauffeurs de taxis contre la concurrence des Véhicules de transport avec chauffeur a été suivi dans plusieurs villes de France mardi matin. Aux abords de la cité phocéenne, les manifestants se sont rassemblés dès l'aube pour mener des opérations escargots, bloquant les accès à la ville. La circulation était très perturbée sur l'A50 à l'est et l'A47 au nord. Aucun incident n'a été signalé, contrairement à la capitale, où les chauffeurs grévistes étaient près de 1200. La préfecture de police a annoncé l'interpellation de vingt manifestants en marge du mouvement en Île de France. 19 arrêtés lors d'accrochages Porte Maillot et un chauffeur de navette accusé d'avoir renversé un manifestant à l'aéroport d'Orly.
Vidéos A la une
Les manifestations de centaines de chauffeurs de taxis mobilisés pour protester contre la concurrence des véhicules de transport avec chauffeur (VTC), ont donné lieu à quelques incidents ce mardi avec un manifestant blessé à l'aéroport d'Orly. Un barrage filtrant a été mis en place, tout comme à Roissy où les chauffeurs vérifient que ceux qui sortent de l'aéroport ne sont ni des VTC, ni des confrères en train de travailler.
Société
La manifestation des taxis contre la concurrence des véhicules de transport avec chauffeur (VTC) s’envenime et paralyse Paris ce mardi. En grève, les taxis dénoncent un favoritisme envers les VTC. Mais entre les deux, quelles différences ?
Vidéos A la une
En grève ce mardi, les chauffeurs de taxis expriment leur colère face au non-respect de la loi par les VTC. Pour Fabrice, qui manifeste à Bercy, "on veut casser le système social". "Il faut arrêter, à un moment donné il faut qu'il y ait une égalité", s'est-il emporté. Il en a profité pour interpeller le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, qu'il a sommé d'intervenir. "Je demande à l'Etat Français, faites appliquer la loi, faites payer les impôts à tout le monde", a-t-il finalement envoyé.
Vidéos A la une
Un grand nombre de chauffeurs de taxis se sont mobilisés dans la capitale parisienne et dans certaines grandes villes contre les dérives du secteur des VTC. Laurent Neumann estime que ce qui frappe le plus dans cette situation, c'est la capacité des responsables politiques à laisser trainer les problèmes. En effet, il a fallu une grande manifestation comme celle-ci pour que le gouvernement se réveille enfin. En réalité, les taxis n'ont que deux avantages concurrentiels sur les VTC. Le premier c'est l'utilisation exclusive des voix de bus et le second c'est la maraude interdite aux VTC. - Bourdin Direct, du mardi 26 janvier 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Alors que les chauffeurs de taxis se mobilisent ce mardi pour protester contre la concurrence des VTC, quelques échauffourées sont survenues à proximité de la porte Maillot au nord-ouest de Paris. Des barrières ont été positionnées sur le périphérique afin de bloquer les usagers. Les taxis belges se sont joints au mouvement pour paralyser la chaussée dans les deux sens.

Pages

Publicité