François Hollande, Mariano Rajoy, chef du gouvernement espagnol, et la SNcF l'ont confirmé : les premiers TGV Paris- Barcelone circuleront le 15 décembre 2013. La société ferroviaire espère attirer au moins 1 million de voyageurs avec des prix attractifs. Néanmoins, les compagnies aériennes lowcost restent de redoutables concurrentes. 

©luigibasilico/flickr.com

Les premiers TGV de la ligne Paris-Barcelone rouleront le 15 décembre. La mise en vente de ces billets a commencé ce jeudi. Pour Mariano Rajoy, l'arrivée des TGV directs Paris-Barcelone pourra aider à : "surmonter les barrières et les frontières" en Europe. Pour la première fois, l'Espagne et la France seront connectées à grande vitesse, en 6h20. En 2021, les compagnies ferroviaires Renfe et SNCF espèrent mettre 5h35.

 

Pour mettre toutes les chances de son côté, la SNCF tente d'attirer ses futurs clients par des prix attractifs. Le prix d'un Paris-Barcelone est à partir de 59 euros l'aller pour les plus matinaux. Un billet Montpellier-Barcelone est à partir de 39 euros pour un trajet de 2h50. Quant au Marseille-Madrid, il tourne au tour de 110 euros pour une durée de 3h. A terme, la SNCF espère attirer plus d'1 million de voyageurs, principalement des touristes. 

 

Toutefois, il reste un conccurent de taille : les compagnies aériennes lowcost

Toutefois, il reste un conccurent de taille : les compagnies aériennes lowcost. Depuis l'arrivées de ces compagnies aériennes lowcost, les prix ont été fracassés. Pour 1h30-2h de vol, le coup d'un billet aller peut être de 40 euros. Pierre Messulam, président de la stratégie et de la régulation à la SCNF dit de ces compagnies pour le site La Tribune qu'"elles sont redoutables, même si les volumes sont faibles. Ce sont elles qui fixent les prix."

 

Publicité
L'un des plus gros conccurents de la SNCF pour Barcelone sera sans doute la compagnie espagnol Vueling. Sur ce trajet, la compagnie assure une dizaine de vols par jour, à partir d'Orly jusqu'à l'aéroport principal, Barcelone El Prat. Même si les trafics aériens lowcost ne sont pas comparables à ceux des rails, une centaine de lignes de TGV sont déjà déficitaires.
Publicité