Vidéos A la une
Revenu de son voyage en Syrie où il a rencontré mercredi le président Bachar el-Assad, le président du parti chrétien-démocrate, Jean-Frédéric Poisson, a critiqué la diplomatie menée par la France. Le député des Yvelines se défend de court-circuiter la diplomatie française et conteste "formellement l'analyse et la passivité, voire l'aveuglement, du président de la République française et de son ministre des Affaires étrangères. Ils se trompent, l'intérêt de la France et du peuple français ce n'est pas de décider à la place du peuple syrien de qui doit gouvernement la Syrie. Il y a des élections dans six mois, que les élections se tiennent !" "J'ai la conviction qu'il se passe en Syrie des choses essentielles pour la France et pour l'Europe, avec la question des migrants, a poursuivi le député, également membre du parti Les Républicains. Nous avons évoqué [avec Bachar el-Assad] la situation militaire de la Syrie après l'intervention des Russes. Je suis persuadé que les informations qui nous arrivent sur la Syrie ne sont pas exactes et sont très probablement orientées par des intérêts qui ne sont pas les nôtres." Propos recueillis par Germain Andrieux.
Publicité