Revue du web
Avec Atlantico
Les dernières déclarations du président philippin Rodriguo Duterte témoignent des dynamiques à l'oeuvre dans l'océan Pacifique. Dynamiques qui, si elles semblent favorables à la Russie et la Chine, pourraient l'être beaucoup moins pour les Etats-Unis.
Revue du web
Avec Atlantico
A l'occasion de son discours annuel devant l'assemblée fédérale, ce premier décembre, Vladimir Poutine a exprimé un désir de rapprochement avec l'Occident.
Revue du web
Avec Atlantico
A l'occasion de son discours annuel devant l'assemblée fédérale, ce premier décembre, Vladimir Poutine a exprimé un désir de rapprochement avec l'Occident.
Revue du web
Avec Atlantico
Les dernières déclarations du président philippin Rodriguo Duterte témoignent des dynamiques à l'oeuvre dans l'océan Pacifique. Dynamiques qui, si elles semblent favorables à la Russie et la Chine, pourraient l'être beaucoup moins pour les Etats-Unis.
Revue du web
Avec Atlantico
On a beaucoup parlé de son vote contre Schengen, de sa volonté de se rapprocher de Moscou, mais finalement très peu de ce que pense vraiment François Fillon de l'Union européenne. Pourtant, il a développé un programme de recentrage de l'Union ainsi qu'une palette d'outils en matière d'économie, de défense et de justice.
Revue du web
Avec Atlantico
Le développement d'un outil de censure par Facebook montre son ambition de pénétrer le marché chinois. Mais la firme californienne devra franchir beaucoup d'obstacles si elle veut éviter le sinistre destin de Google en Chine.
Revue du web
Avec Causeur
Tremble, monde libre: "l'hiver vient!"
Politique
Alors que dimanche aura lieu le second tour de la primaire de la droite, opposant François Fillon à Alain Juppé, certaines personnalités ont révélé pour qui ils voteront.
Magazine
Sur Twitter, de nombreuses images circulent montrant les visages confondus de deux personnalités. Elles émanent toutes d'un twittos qui officie sous le nom de Guillaume TC. Découvrez ses créations pour le moins loufoques.
Revue du web
Avec Atlantico
Alors que les déclarations de Donald Trump sur le désengagement américain des problèmes grecs et européens ont soulevé de nombreuses inquiétudes, Barack Obama, qui est un soutien du gouvernement de Tsipras face à ses créanciers allemands, insistera au cours de son dernier voyage officiel en Europe sur la nécessité d'annuler une partie de la dette grecque.
Revue du web
Avec Atlantico
Malgré des engagements non-interventionnistes en matière de politique étrangère, Donald Trump risque de ne pas avoir le choix lors de ses premiers mandats : Chine et Russie sont bien décidées à le tester, et il pourrait avoir besoin d'alliés.
Revue du web
Avec Atlantico
Malgré des engagements non-interventionnistes en matière de politique étrangère, Donald Trump risque de ne pas avoir le choix lors de ses premiers mandats : Chine et Russie sont bien décidées à le tester, et il pourrait avoir besoin d'alliés.
Revue du web
Avec Atlantico
Depuis la chute du Mur, les Etats-Unis ont constitué un "bon ennemi" pour la Russie, qui s'est construite contre son adversaire. Si Donald Trump est aussi conciliant qu'il l'a annoncé, il devrait mettre son nouvel allié dans une situation bien embarassante, car inédite et déstabilisante pour Moscou.
Revue du web
Avec Atlantico
Depuis la chute du Mur, les Etats-Unis ont constitué un "bon ennemi" pour la Russie, qui s'est construite contre son adversaire. Si Donald Trump est aussi conciliant qu'il l'a annoncé, il devrait mettre son nouvel allié dans une situation bien embarassante, car inédite et déstabilisante pour Moscou.
Revue du web
Avec Causeur
Entretien avec le général Richard Shirreff
Revue du web
Avec Atlantico
Dotée d'une Force de réaction rapide qu'elle tente de développer depuis plusieurs années pour répondre à ses défis, l'Otan envisage de réduire le délai de mobilisation de ces contingents nationaux de six à deux mois, en réponse aux diverses provocations russes qui ne laissent toutefois pas sérieusement penser que la Russie pourrait attaquer l'Occident.
Revue du web
Avec Atlantico
Des cargaisons contenant des tonnes d’obus de chars de combat se sont égarées en train jusqu'à Moscou de façon inexpliquée. Une affaire qui pose la question de la stratégie du président russe, porteur d'une parole ferme à l’international mais qui paraît perdre le contrôle dans son propre pays.
Revue du web
Avec Atlantico
Des cargaisons contenant des tonnes d’obus de chars de combat se sont égarées en train jusqu'à Moscou de façon inexpliquée. Une affaire qui pose la question de la stratégie du président russe, porteur d'une parole ferme à l’international mais qui paraît perdre le contrôle dans son propre pays.
Société
L'identité d'Ekaterina Tikhonova, la seconde fille du chef d'État russe, n'a été dévoilée que début 2015. Cette jeune femme de 30 ans est pourtant très connue dans son pays, notamment pour sa fortune... et ses talents de danseuse !
Revue du web
Avec Atlantico
La Russie travaille sur de nouveaux satellites de surveillance, plus perfectionnés. Mais les Américains ont une longueur d’avance, et même plus
Revue du web
Avec Atlantico
Dernière les rumeurs de drogues versées dans les verres des diplomates se cachent des affaires plus graves : par exemple, des tonnes de plutonium et une possible course à l’arme nucléaire. La nouvelle Guerre froide devient chaque jour plus glaciale entre la Russie et les Etats-Unis.
Revue du web
Avec Atlantico
Alors que s'est tenue cette semaine une rencontre au format Normandie pour résoudre le conflit ukrainien, les tensions actuelles entre Vladimir Poutine et les dirigeants européens - au premier rang desquels François Hollande - rendent peu probable un désengagement de la Russie en Ukraine. D'autant plus que ce conflit, qui s'inscrit dans une stratégie globale de déstabilisation, permet à la Russie de menacer son "étranger proche" et de décourager toute velléité d'association avec l'Union européenne.
Magazine
Lisa Peskova n'est pas qu'une simple bimbo. À 18 ans, cette beauté russe n'a pas peur de critiquer la politique menée par Vladimir Poutine. Cependant, ses déclarations créent la controverse dans son pays d'origine car elle n'est autre que la fille du porte-parole du Kremlin. Découvrez-la en images !
Magazine
Il est de notoriété publique que Barack Obama et Vladimir Poutine ne sont pas les meilleurs amis du monde. Mais le regard qu’ils ont échangé lundi, à l’occasion du G20, concentre toutes les rancœurs qu’ils nourrissent l’un envers l’autre. Des plus tendres aux plus tendues, découvrez les détournements qu’en ont fait les internautes !
Revue du web
Avec Atlantico
La Russie travaille sur de nouveaux satellites de surveillance, plus perfectionnés. Mais les Américains ont une longueur d’avance, et même plus
Vidéos A la une
Sotchi 2014. Vladimir Poutine, le président russe allume la flamme olympique. Un événement qui mettait alors la Russie au coeur du monde. Deux ans plus tard, un rapport commandé par l'Agence mondiale anti-dopage dénonce un système de triche à grande échelle. A quelques semaines des JO de Rio, de nombreuses voix éxigent la suspension des athlètes russes. Pour la Russie, toute cela est en fait 'une ingérence dangereuse' de la politique dans le sport: 'Oui, la forme de cette ingérence a changé, mais le but est le même: faire du sport un instrument de pression géopolitique', a indiqué le Kremlin dans un communiqué. Moscou s'est d'ores et déjà engagé à suspendre les personnes concernées par ces révélations. L'adjoint du ministre des sports, Youri Nagornykh, a été suspendu temporairement. C'est lui qui d'après le rapport détenait le rôle clé de ce système. Il est 'également membre du Comité olympique russe, avait été nommé en 2010, sur décret du Premier ministre de l'époque, Vladimir Poutine', rappelle le texte. En cas d'exclusion les sportifs russes pourraient tout de même participer aux JO. L'Agence Mondiale antidopage travaille sur un plan qui permettrait aux athlètes en capacité de prouver leur bonne foi de voir leur dossier examiné au cas par cas.
Vidéos A la une
Le chef de la diplomatie française condamne la tentative de coup d'État en Turquie tout en mettant en garde contre une répression excessive. Selon Jean-Marc Ayrault, 'condamner le coup d'État' est la moindre des choses à faire, mais cela ne signifie pas donner 'un chèque en blanc' au président Erdogan. 'Il ne faut pas faire de purges. Il faut que l'État de droit fonctionne' a-t-il déclaré sur France 3. 'Ceux qui ont porté atteinte à la démocratie turque doivent pouvoir être poursuivis dans le cadre de l'État de droit. Ce n'est pas l'arbitraire qui doit l'emporter, c'est la démocratie qui doit sortir renforcée' De son côté, le président russe n'a exprimé aucune réserve quant à son soutien lors de la conversation téléphonique qu'il a eu avec Recep Tayyip Erdogan. Selon un communiqué du Kremlin, Vladimir Poutine 'présenté ses condoléances pour les nombreuses pertes en vies humaines (...), et a souhaité un retour rapide à l'ordre constitutionnel et à la stabilité' Après des mois de brouille, les relations entre Moscou et Ankara viennent de s'apaiser et les deux hommes ont réaffirmé leur volonté de se rencontrer.
Vidéos A la une
En Russie, l'opposition n'a pas de mot assez fort pour dénoncer les lois antiterroristes promulguées jeudi par le président Poutine. Elle estime que ces mesures restreignent davantage les droits et les libertés des citoyens. La non-dénonciation d'un crime est désormais passible de prison ferme, l'âge de la responsabilité pénale est abaissé à 14 ans pour toute une série de crimes et la 'justification publique du terrorisme' est passible de peines allant jusqu'à sept ans de prison. Nikolai Svanidze, journaliste et historien russe : 'Il y a certains chapitres de cette législation qui renvoient directement aux lois en vigueur sous Staline, notamment la diminution de l'âge de la responsabilité pénale à 14 ans. Sous Staline, c'était dès 12 ans qu'un enfant pouvait être fusillé. Comment la répression peut-elle s'appliquer à des enfants ? On doit au contraire les protéger des sanctions pénales.' Edward Snowden, l'ex-consultant du renseignement américain réfugié en Russie, juge que ces textes relèvent de de la 'surveillance de masse'. Russia's new Big Brother law is an unworkable, unjustifiable violation of rights that should never be signed. https://t.co/HNsYmRaxR3- Edward Snowden (@Snowden) 25 juin 2016 Nikolai Svanidze, journaliste et historien russe : 'Ces lois renforcent le sentiment de peur et vont à l'encontre du renforcement de l'engagement citoyen. Soit l'engagement se renforce, soit la peur prend le dessus, c'est-à-dire que les gens perdent l'habitude de prendre position. Cette loi n'a rien à avoir avec le terrorisme ni avec la lutte contre le terrorisme, malheureusement.' Cette loi renforce aussi la surveillance des communications et oblige les fournisseurs d'accès à internet de stocker les données des utilisateurs pendant des mois. L'opposition parle de tentative de 'surveillance totale' de la part des autorités. avec AFP
Vidéos A la une
Si Helsinki rejoint l'Otan, les forces finlandaises seront intégrées au sein de l'infrastructure militaire de l'Alliance, qui du jour au lendemain se retrouvera aux frontières de la Russie, avertit le président russe. 'Que pensez-vous que nous ferions dans une telle situation ? Nous avons reculé nos forces à 1.500 km de la frontière. Vont-elles rester là-bas ? La façon dont ils assurent leur sécurité et leur indépendance est le choix des Finlandais. Mais il est évident que nous apprécions le statut de pays neutre de la Finlande'. La Finlande, qui partage avec la Russie une frontière de 1.340 kilomètres, participera au prochain sommet de l'OTAN à Varsovie les 8 et 9 juillet. Ce sommet intervient dans un contexte d'activités militaires croissantes dans la région baltique. De nombreuses intrusions aériennes russes ont eu lieu ces derniers mois. Mais selon Poutine, les incursions des avions de l'OTAN sont bien plus fréquentes.
Vidéos A la une
Seul sur scène, face aux aux ambassadeurs russes réunis à Moscou, c'est un Vladimir Poutine conquérant au discours musclé qui est apparu. Dans sa ligne de mire, l'OTAN. Il accuse l'organisation de provocation dans la zone d'influence historique de la Russie...notamment via des manoeuvres militaires à ses frontières en Pologne et dans les pays Baltes. 'Nous ne nous laisserons pas entraîner dans cette frénésie militariste alors que, eux, semblent justement chercher à nous entraîner dans une course aux armements coûteuse et sans perspective, pour nous distraire de nos missions principales de développement économique', a déclaré, droit dans ses bottes, le président russe. Des accusations qui emergent alors que la guerre en ukraine empoissonne les relations entre l'Union européenne et la Russie depuis 2014 et le vote de sanctions économiques par Bruxelles suite à l'annexion de la Crimée. Plus au sud le rapprochement avec Ankara semble être par contre acté. Sept mois après qu'un avion militaire russe a été abattu par la Turquie au dessus de la frontière turco-syrienne. 'Un coup dans le dos' s'était emporté Vladimir Poutine. Jeudi, le ton a résolument changé: 'Ankara a présenté des excuses pour le crash du bombardier russe. Nous le prenons en compte et souhaitons prendre des mesures pour reprendre la coopération bilatérale' Vladimir Poutin achève son petit tour d'horizon de l'actualité internationale par le Brexit. 'Un traumatisme qui sera resenti pendant très longtemps' , selon lui. La Russie va suivre de près les négociations entre le Royaume-Uni et l'UE a-t-il précisé. Plein d'ironie, le président russe a déclaré vouloir voir comment l'Europe appliquera alors ses 'grands' principes démocratiques. La semaine dernière, Vladimir Poutine avait estimé que le vote sur le Brexit était dû à 'l'attitude présomptueuse et superficielle' du gouvernement britannique. Les relations entre la Grande-Bretagne et la Russie ne sont plus au beau fixe depuis quelques années, notamment en raison d'affaires d'espionnage, mais aussi de l'enquête sur la mort à Londres en 2006 de l'ex-agent du FSB (services secrets russes) Alexandre Litvinenko. Londres est également l'un des plus fervents défenseurs des sanctions occidentales décrétées en 2014.

Pages

Publicité