Vidéos à la une
A 80 jours des Jeux Olympiques de Rio, le maire de la ville se veut rassurant à propos du virus Zika. Si les infrastructures ne sont pas encore achevées, le risque sanitaire, lui, serait quasiment nul, à en croire Eduardo Paes. En marge de l'inauguration d'un site olympique, il a déclaré qu'il ne fallait pas croire ceux qui comparent l'épidémie de Zika au virus Ebola. 'ce n'est pas un gros poblème. Vous devez venir, vous pouvez venir, profitez ! C'est notre hiver et il ne fait jamais froid. Et je connais les Anglais, ils vont adorer Rio comme pendant la Coupe du Monde', a voulu rassurer Eduardo Paes. 85 % des personnes affectées par le virus n'ont aucun symptôme. Il est surtout dangereux pour les femmes enceintes, à cause du risque de microcéphalie pour les nouveau-nés. 'Il y a partout des gens porteurs du Zika - dans mon immeuble, au travail, dans ma famille. On en connaît plusieurs et on est à quelques kilomètres du parc olympique. C'est impossible que le maire ne connaisse personne qui l'a. Il n'y a rien qui soit de nature à nous calmer', estime Michele Camargo Moraes, une femme enceinte habitant Rio. Au Texas, des scientifiques américains viennent de parvenir à cloner le virus, une étape importante dans la quête du vaccin. En attendant, pour lutter contre la transmission sexuelle du virus, l'Australie a annoncé qu'elle allait distribuer à ses athlètes des préservatifs enduits d'un gel censé être antiviral.
Vidéos à la une
Aux Etats-Unis, les autorités sanitaires redoutent l'arrivée du virus Zika dans les prochains mois, notamment dans le sud du pays où le climat chaud est propice à la propagation des populations de moustiques. A ce stade, seul le territoire américain d'outre-mer de Porto Rico est réellement touché par l'épidémie. #Zika may spread through mosquito bites to some states this spring & summer. #VitalSigns https://t.co/k3NxKsqiSK pic.twitter.com/IGgsq5UW3i- CDC (@CDCgov) 1 avril 2016 'La ligne de front de la bataille contre Zika aux Etats-Unis est Porto Rico. Et nous craignons qu'il y ait là-bas, à terme, des centaines de milliers de cas d'infection et potentiellement des milliers de femmes enceintes infectées par Zika', explique le Dr Thomas Frieden, directeur des Centres de contrôle et de prévention des maladies. We need funds to put plans into action and boots on the ground to control emerging #Zika epidemic #ZikaSummit. https://t.co/c9CDzsPBfs- Dr. Tom Frieden (@DrFriedenCDC) 1 avril 2016 Le virus Zika pourrait être lié à une explosion de cas de microcéphalie chez les nouveau-nés observée en particulier au Brésil, d'où l'attention portée sur les femmes enceintes. Les autorités sanitaires américaines insistent sur l'urgence de la situation et demandent au Congrès de débloquer les fonds nécessaires pour la recherche d'un vaccin.
Société
Pour circonscrire la propagation du virus Zika, le ministre de la Santé a conseillé aux femmes ayant "un projet de grossesse" d’avoir "des relations sexuelles protégées".
Vidéos à la une
Face au virus Zika, la contraception est un moindre mal. C'est ce qu'a déclaré le pape François dans l'avion qui le ramenait du Mexique au Vatican. Le souverain pontife a souligné le rejet catégorique de tout recours à l'avortement - c'est la doctrine de l'Eglise catholique (Encyclique Humanae Vitae de 1968, à lire ici). Mais il a rappelé un précédent concernant la contraception : dans les années 60, le pape Paul VI avait permis à des religieuses d'utiliser au Congo des contraceptifs car elles étaient systématiquement violées par des militaires. 'L'avortement n'est pas un mal mineur, c'est un crime. Mais éviter la grossesse n'est pas un mal absolu. Dans certains cas, notamment dans ceux de Paul VI que j'ai cités, c'était clair.' pape François L'épidémie de virus Zika touche surtout l'Amérique du Sud. Ce virus, transmis notamment par piqûres de moustique, est soupçonné de provoquer des malformations congénitales. Aussi, l'ONU a-t-elle appelé les pays touchés à autoriser l'accès des femmes à la contraception et à l'avortement (voir ici). Une recommandation loin de faire l'unanimité dans les pays encore très attachés au catholicisme. Pour aller plus loin >> Tout savoir sur le virus Zika >> 'Trump, Europe, Zika, Jean-Paul II... Le pape répond à la presse', article de La Croix, à lire ici
Vidéos à la une
A six mois des Jeux Olympiques de Rio, le virus Zika vient perturber les préparatifs de la manifestation, qui arrivent dans leur dernière ligne droite au Brésil. Le pays doit faire face à l'épidémie avec le seul moyen disponible à ce jour : la prévention. La priorité reste donc de protéger les femmes enceintes. Cette fièvre tropicale, dont l'épidémie actuelle coïncide avec l'explosion de cas de nouveaux-nés microcéphales, essentiellement au Brésil, se transmet par une piqûre de moustique tigre, à l'instar de la dengue et du chikungunya. 20 femmes enceintes infectées par le virus Zika dans les DOM https://t.co/5gyu2iYZi5- Le Parisien - Santé (@LeParisienSante) 3 Février 2016 'Chaque jour, j'applique toutes les vingt minutes du répulsif anti-moustiques', indique une femme enceinte brésilienne, 'j'essaie de porter des habits longs, mais avec la chaleur c'est compliqué'. Le gouvernement brésilien recommande aux femmes enceintes d'éviter de se rendre au Brésil et l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) vient de déclarer le virus urgence de santé publique mondiale. (function(d, s, id) (document, 'script', 'facebook-jssdk'));WHO announced today that the recent cluster of neurological disorders and neonatal malformations reported in the...Posté par World Health Organization (WHO) sur lundi 1 février 2016 Le comité organisateur des jeux de Rio jure qu'il n'y a aucun risque pour la santé des athlètes, et les autorités assurent qu'elles gagneront la bataille contre Zika, puisque le nombre de moustiques diminue fortement au mois d'août, mais sans qu'aucune certitude ne puisse être établie ne pareil cas. 'Ce n'est pas la saison des pluies ici', affirme Joao Grangeiro, directeur médical du comité organisateur Rio 2016, 'donc si on se réfère au passé, le risque de contamination pendant les Jeux Olympiques n'est pas si élevé que cela, à cette période', relativise-t-il. Les compagnies aériennes commencent cependant à proposer aux femmes enceintes, amenées à voyager dans les pays touchés par Zika, un remboursement ou un échange de leur billet. Mais pour l'instant, les touristes continuent à voyager au Brésil, où près d'1,5 millions de personnes ont été touchées par l'épidémie en l'espace d'un an. Actuellement, les voyageurs n'auraient pas prévu d'annuler leur séjour dans les destinations à risque, mais les ventes d'assurances annulation ont explosé. Un phénomène considéré comme un signe avant-coureur de l'impact que Zika pourrait avoir dans les semaines à venir. L'épidémie s'est rapidement propagée dans 25 pays d'Amérique. Seuls le Chili continental et le Canada devraient être épargnés, mais quatre millions de personnes devraient être bientôt infectées sur l'ensemble du continent selon l'OMS, alors que le virus touche pour l'heure trente pays dans le monde. #Zika: l'Asie particulièrement vulnérable, selon des spécialistes https://t.co/ttSYT7CEOU par HutchisonPeter #AFP pic.twitter.com/W8rkVEzSOt- Agence France-Presse (afpfr) 3 Février 2016
Vidéos à la une
C'est ce que craint le ministère de la Santé brésilien. En 2014, 147 cas étaient recensés dans le pays, contre près de 3 900 fin 2015. Plusieurs des 22 pays touchés par le virus, du Brésil à la Colombie en passant par le Salvador et l'Équateur, demandent donc aux femmes de ne pas tomber enceinte. Le virus Zika 'va continuer à s'étendre' à presque toutes les Amériques, avertit l'OMS #AFP https://t.co/m26fmckKj2- Philippe Zygel (@Philippe_Zygel) 25 Janvier 2016 Christian Lindmeier, porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé : 'l'association entre microcéphalie et Zika est pour l'heure, purement circonstancielle. Les tests n'ont révélé la présence du virus que dans 8 cas. Bien sûr, l'explosion de cas de Zika, particulièrement dans le nord-est du Brésil, et l'apparition du virus dans d'autres zones, a de quoi inquiéter. Maintenant, il s'agit d'établir un lien entre les deux.' Le virus Zika, transmis par le moustique tigre, ne provoque que des symptômes grippaux chez un malade lambda. Mais à l'approche du carnaval de Rio, dans 10 jours, et des Jeux olympiques, au mois d'août, le risque pour les femmes enceintes pourrait dissuader les touristes. Les pulvérisations d'insecticides dans les lieux les plus fréquentés ne suffiront sans doute pas à calmer la psychose. Virus Zika: les services sanitaires de Rio aspèrgent le Sambodrome d'insecticide anti-moustique avant le carnaval. pic.twitter.com/J5lrh0VsAf- AFP Brazil (@AFPBrazil) 26 Janvier 2016
Publicité