Vidéos A la une
Un policier mis en cause dans une vidéo où on le voit frapper un lycéen à Paris en marge de manifestations contre le projet de loi travail, le 24 mars, sera jugé en mai pour violences volontaires. Une décision saluée sur LCI par Naim Shili, vice-président de l'Union Nationale Lycéenne (UNL).
Publicité