Vidéos à la une
Des nouvelles violences ont éclaté dans le Val d'Oise pour la deuxième nuit consécutive de mercredi à jeudi, après la mort d'Adama, un jeune homme d'une vingtaine d'années au moment de son interpellation par les gendarmes mardi. Les violences se sont produites sur les communes voisines de Persan et Beaumont-sur-Oise. Huit individus ont été interpellés. Une voiture de police a été incendiée.
Vidéos à la une
Pour la police de Dallas, une seule certitude, le sniper abattu par les forces d'élite n'était affilié à aucun groupuscule. Il l'a affirmé aux négociateurs qui communiquaient avec lui alors qu'il était retranché dans un bâtiment de la ville. Pour le reste, le chef de la police locale se veut très prudent, car les propos du tireur n'étaient pas cohérents. 'Nous nous pouvons pas rentrer dans la tête d'une personne qui fait ce genre de choses, a expliqué David Brown. Nous avons négocié avec cette personne. Il semblait lucide au cours de la négociation. Il voulait tuer des agents de police et il a parlé de tuer des Blancs, des policiers blancs. Il a aussi exprimé de la colère à l'égard du mouvement 'Black lives matter'. Rien de tout cela n'a de sens, rien de tout cela n'est une raison légitime pour faire du mal à quelqu'un. Donc tout ce que l'on pourrait ajouter sur ses motivations ne serait que spéculation. Nous savons seulement ce qu'il nous a dit, et c'est ce qu'il a dit à nos négociateurs.' Le chef de la police a aussi révélé que le tireur avait été tué par un robot activé à distance et porteur d'une bombe. Police Chief said the suspect was 'not affiliated with any groups and he stated that he did this alone.' #Dallas https://t.co/AyWQMJT38Z- Sidra Bhatti (@SidraSBhatti) 8 juillet 2016
Vidéos à la une
Dallas en état de choc, Dallas pétrifiée... Ceux qui ont vécu les fusillades et le sauve-qui-peut témoignent. Beaucoup étaient descendus dans les rues pour participer à la manifestation contre les violences policières envers les Afro-Américains. 'Sur la gauche, à trois pâtés de maisons du palais de justice, ils ont commencé à tirer et ensuite tout le monde s'est mis à courir dans tous les sens. En partant, on a entendu les tirs d'arme automatique, les échanges de coups de feu. C'était dingue. Tout le monde courait partout, avec les mains en l'air.' 'Je suis née et j'ai grandi à Dallas, dit une jeune femme, et la seule chose aussi dramatique qui soit arrivée ici avant ça a été la mort de John Fitzgerald Kennedy. Le centre-ville verrouillé comme ça, c'est surréaliste pour moi. Je n'arrive pas à le croire.' #Dallas 'J'ai vu 3 hommes. Ils tiraient juste que les flics' 10 policiers ont été touchés, 5 sont morts #RTLinfo13h pic.twitter.com/yxcGfxrkjk- RTL info (@rtlinfo) 8 juillet 2016
Vidéos à la une
C'est un Barack Obama très ému qui a réagi aux fusillades de Dallas et à la mort de cinq policiers, tués par des tireurs isolés. Le président américain s'est exprimé depuis Varsovie où il participe à un sommet de l'OTAN. Il a dénoncé des attaques haineuses, calculées et méprisables. 'Hier, j'ai parlé de la nécessité pour tous les Américains de se préoccuper des disparités raciales dans notre système judiciaire, a-t-il déclaré. J'ai aussi dit hier que notre police avait une tâche extraordinairement difficile et que la grande majorité de ces agents font leur travail de manière remarquable. J'ai également indiqué à quel point nous devions soutenir ces agents qui accomplissent la tâche qui leur incombe chaque jour, en nous protégeant et en protégeant leurs communautés. Ce qui se passe aujourd'hui est un rappel douloureux des sacrifices qu'ils font pour nous. Nous savons aussi que lorsque des personnes sont équipées d'armes puissantes, malheureusement, cela rend les attaques comme celles-ci encore plus meurtrières et plus tragiques.'
Vidéos à la une
La crise économique sans précédent dans laquelle est plongée le Venezuela, provoque des pénuries chroniques de nourriture et d'autres articles essentiels. Les pillages se multiplient, le 9 juin dernier une boulangerie a été pillée en plein coeur de Caracas.
Vidéos à la une
LES SORTIES CINÉ. Le film "Black" sort ce mercredi en vidéo à la demande. Deux gangs des banlieues bruxelloises, les Black Bronx et les 1080, se mènent une lutte sans merci. Mavela, s'éprend de Marwan, membre du gang rival. Les deux amants s'enlisent alors dans une intense passion interdite et dangereuse. Un film "impressionnant qui fait penser à "La haine" de Mathieu Kassovitz.", a estimé David Verhaeghe, journaliste spécialiste du cinéma.
Vidéos à la une
Des échauffourées ont éclaté entre la police et les manifestants mardi 28 juin à Paris lors d'un défilé contre le projet de loi Travail. Des interpellations ont été faites par les forces de l'ordre. Au départ de Bastille vers place d'Italie, le cortège a rassemblé près de 64 000 personnes selon la police, et 200 000 selon la CGT.
Vidéos à la une
Le siège de la CGT, à Montreuil, a été vandalisé vendredi soir. Des individus cagoulés ont cassé plusieurs portes et vitres. Une enquête a été ouverte. Jeudi, le siège de la CFDT avait été pris pour cible. Philippe Martinez s'est ce samedi adressé à "ceux qui essayent d'intimider le mouvement syndical".
Vidéos à la une
(AFP Une Palestinienne a été abattue ce vendredi 24 juin après avoir blessé deux civils israéliens dans une attaque à la voiture bélier à l'entrée d'une colonie israélienne proche de Hébron, dans le sud de la Cisjordanie occupée, a indiqué l'armée israélienne. 'Une assaillante a accéléré et son véhicule s'est écrasé contre un véhicule à l'arrêt à l'entrée de Kiryat Arba, blessant deux civils', a déclaré l'armée dans un communiqué. 'Des forces présentes sur les lieux ont riposté et ouvert le feu sur l'assaillante, provoquant sa mort', a-t-elle ajouté. Les deux Israéliens, un couple d'une cinquantaine d'années, ont été légèrement touchés, a indiqué l'hôpital de Jérusalem où ils ont été admis après avoir reçu des soins sur place. La Palestinienne a été identifiée par le ministère palestinien de la Santé comme étant Majd al-Khoudour, de la localité de Bani Naïm, proche de la colonie de Kyriat Arba. Les Territoires palestiniens, Jérusalem et Israël sont en proie à des violences qui ont coûté la vie à 210 Palestiniens et 32 Israéliens depuis le 1er octobre, selon un décompte de l'AFP. La plupart des Palestiniens tués sont des auteurs ou auteurs présumés d'attaques, selon Israël. Nombre de ces attaques ont été commises au couteau par des individus isolés. Certaines ont aussi été perpétrées à la voiture bélier. Le secteur de Hébron, poudrière du sud de la Cisjordanie, a concentré une large part des attaques. La Cisjordanie est un territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967. Les colonies dans les territoires occupés sont considérées comme illégales par l'ONU.
Vidéos à la une
AINSI VA LE MONDE. Au lendemain de l'assassinat de la députée travailliste de 41 ans, Jo Cox, agressée par balles par un homme armé, un hommage solennel a été rendu à l'étoile montante de la politique. En Grande-Bretagne, le leader des euro-sceptiques Nigel Farage est attaqué pour avoir provoqué l'escalade de la violence.
Vidéos à la une
Trois Russes, accusés d'avoir participé aux violences à Marseille en marge du match entre l'Angleterre et la Russie, ont été condamnés à 12, 18 et 24 mois de prison ferme avec mandat de dépôt. Ils devront aussi respecté une interdiction du territoire pendant deux ans.
Vidéos à la une
Ce jeudi, une députée travailliste de 41 ans, Jo Cox, a été mortellement agressée par balles par un homme armé, près de Leeds en Grande-Bretagne. Un homme de 51 ans a été arrêté. L'agression a eu lieu en pleine rue, à sept jours du scrutin sur une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l'UE qu'elle refusait.
Vidéos à la une
NEWSROOM. Invitée de l'émission de LCI, présentée par Magalie Lunel, la maire du XVIIe arrondissement de Paris et porte-parole Les Républicains Brigitte Kuster a réagi à l'assassinat de la députée britannique Jo Cox. La mère de deux enfants a été mortellement agressée par balles. "On est dans un climat de renfermement et d'isolement", a-t-elle regretté en plateau.
Vidéos à la une
Le ton est monté d'un cran dans la bataille du projet de loi travail: l'exécutif a menacé mercredi d'interdire les manifestations, au lendemain de nouvelles violences et dégâts en marge du défilé parisien, déclenchant un tollé chez les syndicats, qui maintiennent deux nouvelles journées de "mobilisation", et une partie de la gauche. Mais le gouvernement peut-il réellement interdire une manifestation ?
Vidéos à la une
Le code pénal n'est pas mis en cause face à la montée de violence qui se tient en marge des manifestations contre la loi Travail. C'est son application qui est pointée du doigt, car la difficulté réside dans l'identification des individus. Si beaucoup de procédures judiciaires sont engagées, le jugement est entravé par le manque de preuve dans les dossiers.
Vidéos à la une
Alors que la manifestation contre la loi Travail a encore dégénérée mardi, faisant une trentaine de blessés, Manuel Valls a pointé du doigt la responsabilité de la CGT. Selon lui, le service d'ordre des syndicats organisateurs ont eu une attitude ambiguë face aux casseurs. Pour le préfet de police de Paris, "une petite partie des manifestants de la CGT ont eux-mêmes participé aux actes de violence".
Vidéos à la une
Une vingtaine de commerces saccagés, quinze baies vitrées de l'hôpital Necker cassées... Au lendemain des violences qui se sont déroulées en marge des manifestations contre la loi Travail, les traces du passage des casseurs sont bien visibles. Les dégâts sont tels que la majorité des Français est unanime pour dire que les casseurs vont trop loin.
Vidéos Argent/Bourse
Vêtus de noirs, cagoulés et prêts à en découdre, au moins 300 casseurs ont ce mardi fait dégénérer la manifestation anti-loi Travail à Paris. Rares sont les vitrines du boulevard Montparnasse à ne pas avoir été brisées. Même l'hôpital Necker a été pris pour cible, alors des enfants malades y sont soignés. Au total, 58 personnes ont été interpellées.
Vidéos à la une
Dix personnes mêlées aux bagarres en marge du match Russie Angleterre qui se tenait à Marseille ont été entendues ce lundi. Deux supporters anglais ont écopé de deux et trois mois de prison ferme, ainsi qu'une interdiction d'accès au sol français de deux ans. Pour le père de l'un d'entre eux, cette décision est injustifiée. "Il s'est fait avoir" dit-il.
Vidéos Argent/Bourse
Après les violences commises ce week-end entre supporters Russes et Anglais, en marge de leur rencontre pour l'Euro 2016, la sécurité a été renforcée, et la vente d'alcool interdite dans les périmètres sensibles. Cependant la rencontre du 21 juin, jour de la fête de la musique entre la Pologne et l'Ukraine pourrait donner lieu à de de nouveaux heurts.
Vidéos à la une
Dix personnes seront jugées lundi à Marseille pour des violences commises en marge du match Angleterre-Russie, mais aucun des 150 hooligans russes "extrêmement entraînés et violents" qui ont participé à ces scènes de "guérilla urbaine" n'a pu être interpellé, a annoncé lundi le procureur, Brice Robin.
Vidéos à la une
Comment prévenir ces violences ? Qui en sont les auteurs ? Le dispositif de sécurité était-il suffisant ? Ou encore, pourquoi l'alcool n'a pas été interdit ? Beaucoup de questions se posent après cette scène de violences peu habituelle constatée samedi soir à Marseille.
Vidéos à la une
Le bilan est lourd : 35 personnes ont été blessées dont 4 sont dans un état grave. Dans la soirée de samedi à dimanche, des heurts ont éclaté entre supporters Russes, Anglais, Français et forces de l'ordre dans les tribunes du Stade Vélodrome. Ils se sont ensuite poursuivis vers le Vieux-Port.
Vidéos à la une
Sur LCI, Éric Ciotti a expliqué qu'il serait compliqué pour l'État de déployer plus de policiers. Grèves sociales, crise migratoire ... Pour le député Les Républicains, il y a d'autres problèmes à régler en France et explique que " les policiers ne peuvent pas être partout".
Vidéos à la une
Suite aux violences à Marseille, Pierre-Henri Brandet, a affirmé sur LCI qu'il y aura "des interdictions de paraître systématiques" les jours de match. Le porte-parole assure qu'il faut prendre "100% de précautions" pour assurer le bon déroulement des compétitions sportives.
Vidéos à la une
Pierre-Henri Brandet a réagi ce dimanche matin sur les dernières violences qui ont eu lieu à Marseille. En direct de Place Beauvau, le porte-parole du Ministère de l'intérieur a expliqué sur LCI qu'un "gros travail judiciaire a commencé" et qu'il y aura forcément d'autres interpellations dans les jours à venir.
Vidéos à la une
Des centaines d'Israéliens sont venus rendre un dernier hommage à l'une des quatre victimes de l'attentat de mercredi soir dans un quartier animé de Tel-Aviv, alors que le gouvernement a annoncé un tour-de-vis concernant la liberté de mouvement des Palestiniens pendant le ramadan. Le nouveau ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, a ordonné que les corps de Palestiniens abattus lors d'attentats anti-israéliens ne soient plus restitués à leur famille. Les Etats-Unis ont demandé à Israël de ne pas punir tous les Palestiniens. 'Nous comprenons leur désir de protéger leurs citoyens et d'envoyer un message, mais nous demandons juste que toute mesure adoptée prenne aussi en compte les nombreux Palestiniens innocents qui essaient simplement de vivre leur vie', a déclaré Mark Toner, porte-parole du département d'Etat américain. Quelques heures après l'attaque, les soldats israéliens sont entrés en nombre à Yatta, près de Hébron en Cisjordanie. Ils ont fouillé des maisons et procédé à des arrestations. La maison du père de l'un des assaillants a été mesurée, un rituel préalable à une démolition punitive. 83 000 Palestiniens seraient affectés par l'annulation des permis d'entrer en Israël.
Vidéos à la une
Il était l'une des dernières pièces du puzzle des policiers. Un quarantenaire a été interpellé mercredi soir dans le cadre de l'enquête sur l'incendie d'une voiture de police survenu le 18 mai dernier. Cet informaticien prénommé Nicolas est suspecté d'avoir agressé l'adjoint de sécurité Kevin Philippy.
Vidéos à la une
Deux personnes ont été tuées lors d'une fusillade à l'université de Los Angeles ce mercredi. Le campus a été bouclé. La fusillade, apparemment selon certains témoignages l'oeuvre d'un homme habillé en noir, a eu lieu dans le bâtiment de l'école d'ingénierie et de sciences appliquées, bâtiment qui a été entièrement évacué. L'incident a démarré peu avant 10H00 locales du matin. Le FBI a été aussi mobilisé, même s'il n'est pas en charge de l'enquête. L'université UCLA est l'une des plus grandes universités aux Etats-Unis, elle compte 43.000 étudiants.
Vidéos à la une
A Paris, un manifestant contre la loi Travail avait été blessé à la tête jeudi dernier après le jet d'une grenade de désencerclement par les policiers. Alors que l'homme se trouvait toujours dans un état préoccupant lundi soir, le Défenseur des droits Jacques Toubon a annoncé l'ouverture d'une enquête.

Pages

Publicité