Politique
Dans "Les tueurs de la République", Vincent Nouzille s'intéresse à un cellule du service Action de la DGSE. En charge d'opérations dites "spéciales", clandestines et toujours menées dans l'intérêt de la France, celle-ci a été sollicitée par tous les présidents de la Ve République. Interview de l'auteur.
Vidéos à la une
Vincent Nouzille, auteur de "Les tueurs de la République : assassinats et opérations spéciales des services secrets" (Éd. Fayard), était l'invité de BFM Story. Il raconte dans cet ouvrage que des tueurs, sur ordre des plus hautes autorités, seraient disponibles pour éliminer à tout instant des personnes jugées dangereuses pour la sécurité nationale ou mener des guerres secrètes contre des ennemis présumés. Pour ce faire, la DGSE disposerait de son Service Action une cellule clandestine. Ses agents et des commandos des forces spéciales sont entraînés pour mener à bien ces exécutions ciblées, appelées "opération Homo" (pour homicide), ainsi que des opérations plus vastes de "neutralisation". Du Général de Gaulle à François Hollande, les présidents successifs de la Vème République auraient eu chacun à leur manière, recouru à ce type d'actions.
Publicité