Société
Le Conseil de Défense et de Sécurité nationale a décidé, mercredi, de renforcer le plan Vigipirate. Un troisième niveau d'alerte, appelé "urgence attentat", a été ajouté aux deux déjà existants.
Vidéos à la une
Le métier d'agent de sécurité renforcée pourrait bientôt voir le jour. Chargés de surveiller des sites susceptibles d'être visés par des terroristes, des vigiles pourront être munis d'une arme de poing, sur agrément du ministère de l'Intérieur. Le dispositif ressemblerait à celui des convoyeurs de fonds, qui dépendent de sociétés privées et circulent armés. Le syndicat national des entreprises de sécurité privé estime que 2.000 agents sur 150.000 pourraient être équipés d'armes. Charlie Hebdo bénéficie déjà de ces vigiles armés.
Société
Guillaume Pepy, le président de la SNCF, prévoit notamment de renforcer la signalétique et envisage un contrôle aléatoire des bagages. Il a également annoncé la mise en place d’un numéro vert.
Vidéos à la une
A Strasbourg comme partout en France, les militaires continuent leurs patrouilles malgré la chaleur. Une situation qui requiert un peu plus d'organisation mais qui reste supportable.
Vidéos à la une
A l'issue du Conseil restreint à l'Elysée vendredi après-midi, quelques heures après l'attaque d'une usine à gaz en périphérie lyonnaise, le plan Vigipirate a été réhaussé au niveau "alerte attentat" en Rhône-Alpes. Ce samedi matin, les premiers effets commencaient à se faire voir dans la région.
Vidéos à la une
Nouveau matériel, embauche de 11.000 militaires supplémentaires en deux ans... L'armée française se donne les moyens d'affronter la menace terroriste à l'intérieur comme à l'extérieur du territoire. Des modifications sont apportées à tous les niveaux. L'armée fait peau neuve. Même son logo va changer.
Société
Un homme de confession juive a été roué de coups dans la rue par plusieurs hommes dans un acte vraisemblablement antisémite. 
Vidéos à la une
Guy Bricout, le maire de Caudry, a réclamé chez Jean-Jacques Bourdin, qu'Aurélie Châtelain, assassinée par Sid Ahmed Ghlam, soit décorée de la Légion d'honneur.
Vidéos à la une
De nombreux CRS de la compagnie 46 basée à Ste Foy-lès-Lyon sont en arrêt maladie pour "épuisement" en raison du plan Vigipirate.
Vidéos à la une
Il y a trois mois jour pour jour, le gouvernement renforçait le plan Vigipirate après l'attaque des frères Kouachi dans les locaux de Charlie Hebdo. En tout, 10.000 militaires et gendarmes ont été mobilisés et sont toujours mis à contribution pour contrôler les sites sensibles. Une mission éprouvante qui a notamment provoqué un arrêt maladie collectif, en signe de protestation, de trois compagnies de CRS, épuisés par la surcharge de travail.
Vidéos à la une
Eric Mildenberger, délégué général des CRS (Alliance) réagit sur LCI ce mardi soir après le mouvement de grogne des CRS suite à la surcharge de travail engendré par le plan Vigipirate. Il estime qu'il y a "une disparité dans l'utilisation des forces de police", soulignant qu'un grand nombre de CRS patrouillent devant les lieux "où il n'y a personne".
Vidéos à la une
Le nombre de morts sur les routes en France a encore augmenté en février (+6,7%), confirmant la hausse observée en 2014, la première depuis douze ans. Pour le syndicat Alliance, c'est une conséquence directe du plan Vigipirate renforcé. "Les contrôles routiers étaient suspendus au nom de la protection du personnel", précise Eric Mildenberger, délégué général CRS du syndicat Alliance.
Vidéos à la une
Le plan vigipirate "alerte attentat" a été prolongé au moins jusqu'au 10 avril prochain, a annoncé vendredi le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.
Vidéos à la une
Le 131e carnaval de Nice, qui ouvre samedi et dure jusqu'au 1er mars, a débuté cette année sous haute surveillance. Outre un nombre de policiers et de gendarmes bien plus nombreux que les années précédentes, les contrôles d'identité ainsi que les détections dans la ville seront renforcés. Début février, un jeune homme avait en effet agressé au couteau des militaires qui montaient la garde devant un centre communautaire juif dans le centre de Nice, qui accueille chaque année 600.000 spectateurs pour cet événement.
Vidéos à la une
"Depuis qu'ils sont arrivés on essaie de faire le maximum pour qu'il aient un minimum de confort, on essaie de leur apporter des douceurs, des bons petits plats pour les réchauffer dans le froid. On essaie de s'occuper d'eux le mieux qu'on peut", explique Monique, responsable d'une synagogue protégée par des militaires à Paris.
Vidéos à la une
Des riverains, parents et enfants offrent spontanément boissons chaudes, gâteaux et autres victuailles pour remercier les militaires chargés de surveiller les sites sensibles dans le cadre du plan Vigipirate. Un élan de générosité qui touche les militaires peu habitués à ses marques de reconnaissance.
Vidéos à la une
Un mois après les attentats, le niveau maximum du plan Vigipirate est toujours en vigueur. 10 500 militaires sont déployés dans tout le pays pour renforcer la sécurité des sites sensibles. Notamment celles des synagogues. Pour les remercier, la communauté juive s'est mobilisé au travers d'un bel élan de solidarité en choisissant de les nourrir et de les loger sur place.
Vidéos à la une
Laurent Laubry, secrétaire départemental d'Alliance Police nationale et Cécile Ollivier, journaliste au service police-justice de BFMTV, étaient les invités de BFM Story.
Vidéos à la une
Suite aux événements survenus mardi à Nice, le Premier ministre Manuel Valls a annoncé le relèvement du plan Vigipirate au niveau "alerte attentat" dans les Alpes-Maritimes. Depuis près d'un mois, 10.500 militaires sont mobilisés dans toute la France. Mais la durée inédite de ce déploiement expose de plus en plus les troupes en faction.
Vidéos à la une
La France est confrontée "à un phénomène nouveau, le terrorisme libre-accès", impliquant des moyens exceptionnels, a déclaré le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, qui est venu mardi soir à Nice saluer les trois militaires attaqués à l'arme blanche devant un centre communautaire juif.
Vidéos à la une
Suite aux attentats à Paris, la sécurité est renforcée. On s'aperçoit alors que les gilets pare-balles sont déjà en rupture de stock.
Société
Déployés dans le cadre du plan Vigipirate, des militaires ont été menacés de mort devant le lycée juif de Montreuil. 
Vidéos à la une
Le plan vigipirate déployé dans toute l'Europe est justifié par la constance de la menace terroriste. Partout dans le monde musulman, la France...
Vidéos à la une
Le renforcement des mesures de sécurité dans les lieux publics liés au plan Vigipirate passé en alerte attentat incite les entreprises à augmenter le nombre de leurs agents de sécurité. Les agences de sécurité pourraient ainsi embaucher entre 4 000 et 10 000 nouveaux agents.
Vidéos à la une
Près de 800 militaires ont été déployés en Rhône Alpes dans le cadre du plan vigipirate.
Vidéos à la une
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve l'a redit a plusieurs reprises cette semaine, le plan Vigipirate reste à son niveau maximum. Cela implique un déploiement des forces de l'ordre sans précédents sur tour le territoire. Avec le contexte d'une menace toujours présente et les fausses alertes, la fatigue commence à gagner les agents. Depuis l'attentat contre Charlie Hebdo, le ministère de l'intérieur applique le principe de précaution poussé à son maximum, à la hauteur de la menace. Une vigilance extrême, une omniprésence de la police qui a des conséquences.
Vidéos à la une
Interview d'Anne Coste de Champeron, directrice de Cabinet du Préfet de Haute-Savoie, sur les effectifs renforcés par trente militaires dans le cadre du plan Vigipirate.
Vidéos à la une
Sites webs/blogs, copiez cette vidéo avec le bouton "Intégrer" ! Si vous voulez télécharger, allez sur http://myreplay.tv/v/Gi407HTI . Interview de Jean-Benoît Albertini, préfet de la...
Vidéos à la une
La sécurité est maximale à Paris avec le plan vigipirate poussé à son niveau le plus haut. En province la vigilance a également été renforcée notamment aux abords des lieux de culte et des grands lieux publics. Reportage à Rouen.
Vidéos à la une
Le pan Vigipirate a été élevé au niveau "alerte attentat" après la fusillade qui a fait une dizaine de morts et plusieurs blesses au siège du journal Charlie Hebdo. Mais qu'est-ce que ça veut dire exactement ? Et quel impact sur la vie quotidienne des Français ? Réponse avec Christophe Moulin, spécialiste police à LCI.

Pages

Publicité