Actualités
Des malfaiteurs se font passer pour des agents d’un syndicat de collecte des ordures pour se rendre chez des habitants et les verbaliser pour le mauvais tri de leurs déchets. Explications. 
Actualités
Le cabinet Mercer a dévoilé mardi son classement 2017 des meilleures métropoles du monde en termes de qualité de vie. Découvrez le palmarès en images.  
Vidéos à la une
Ce dimanche est le deuxième jour de deuil national. Dans plusieurs villes de France, la solidarité s'organise. A Cambrai dans le Nord de la France, tous se sont réunis pour rendre hommage aux habitants de Nice. A Saint-Georges-Lès-Baillargeaux, dans la Vienne, les habitants ont organisé une marche pour la paix.
Vidéos à la une
Comment un pays d'Afrique du Nord peut-il devenir en à peine quelques années, un champion des énergies renouvelables ? A quelles avancées faut-il s'attendre lors de la prochaine COP 22 de Marrakech après l'accord sur le climat conclu à Paris ? Ces questions ont été évoquées à Vienne lors de la 27ème session annuelle du Forum de Crans Montana. Parmi les décideurs et les représentants d'organisations internationales, les autorités marocaines sont venues faire la preuve de leurs ambitions tant pour leur pays, que pour la réussite du sommet sur le climat qu'elles accueillent en novembre. Le Sommet de Paris sur le climat a été synonyme de grandes avancées dans la lutte contre le changement climatique. Que faut-il attendre de la COP 22 en novembre à Marrakech ? Une question en débat lors de la 27 session annuelle du Forum de Crans Montana. L'avenir de notre planète a été en effet, l'un des thèmes abordés lors de l'évènement. Parmi les invités, la ministre de l'environnement du pays hôte de la prochaine COP. 'Souvent, on dit que le changement climatique est une problématique des générations futures : c'est une erreur, souligne Hakima el Haité. C'est un défi actuel, de ce siècle et c'est une problématique qui fait que des peuples paient les conséquences au quotidien de ces changements climatiques,' renchérit-elle. '52% d'énergies renouvelables à l'horizon 2030' Le Maroc a fait de ce défi, une priorité. Il a inscrit son objectif de transition énergétique vers des sources renouvelables dans sa Constitution en 2009. Une démarche chiffrée d'après un membre de l'Agence publique marocaine pour l'énergie solaire (Masen). 'Le Maroc a une ambition très forte, indique Obaid Amrane, pour développer les énergies renouvelables et faire que dans le mix énergetique, la part des énergies renouvelables atteigne un niveau de 52% à l'horizon 2030.' .HakimaElHaite and Said Mouline participate in #COP22 special session at 27th Annual Crans Montana Forum in Vienna. pic.twitter.com/yd5TFtvgkN- COP22 (COP22) 29 juin 2016 Une ambition à plusieurs niveaux Au coeur de la révolution verte que le Maroc veut engager, le programme NOOR qui prévoit la construction de cinq centrales solaires dans le pays d'une capacité totale d'environ 2000 mégawatts. Le site NOOR 1 a été inauguré à Ouarzazate en février dernier. Il présente la particularité de stocker la chaleur dans des sels fondus, ce qui permet de produire de l'électricité pendant trois heures après le coucher du soleil. Un délai qui sera allongé à sept heures dans la future centrale NOOR 3. Le pays entend également miser sur l'éolien et l'hydroélectricité. Mais les autorités marocaines ne résument pas leurs initiatives à la construction de ces grandes infrastructures. 'C'est un effort énorme que fait un pays du Sud - faible émetteur de gaz à effet de serre -, assure Said Mouline, directeur général de l'Agence marocaine pour le développement des énergies renouvelables et l'efficacité énergétique (ADEREE). Mais en parallèle, poursuit-il, nous menons une politique [dans l'idée] d'atteindre 20% d'efficacité énergétique à l'horizon 2030. L'industrie, les transports, le bâtiment, l'éclairage public, l'agriculture, tous ces secteurs sont concernés, dit-il, en parallèle, pour être toujours cohérent, nous avons une politique pour réduire la subvention aux énergies fossiles. Cela se fait par étape pour des raisons sociales, mais cela se fait,' affirme-t-il. Environnement : L'énergie solaire thermodynamique fait l'objet d'un partenariat encore l'agence Masen et le CEA https://t.co/Qbpc1jVxK5- Yabiladi.com (@yabiladi_maroc) 4 juillet 2016 Climat : 'Passer des débats à l'action' Le Maroc entend servir d'exemple lors de sa prochaine COP 22 et inciter les nations à passer à l'action après la réussite du sommet de Paris. Hakima el Haité précise : 'Nous voulons tout simplement changer de mode, passer du mode de la négociation à celui de la réalisation et de l'action, passer du mode de la réflexion à celui de la construction, passer du débat tout simplement à l'action.' Evidemment, la transition énergétique n'est pas que l'affaire des Etats, les entreprises ont aussi un rôle à jouer et elles sont nombreuses à se développer sur ce marché. C'est le cas par exemple de la société turque Eko Energies renouvelables. 'Pour moi, les pays ne devraient pas discuter de la part d'énergies renouvelables qu'ils veulent atteindre dans leur mix énergétique, disons à l'horizon 2030 ou 2050, estime son PDG, Serhan Süzer, ils devraient discuter de l'échéance à laquelle ils passeront à 100% d'énergies renouvelables. Ils devraient la déterminer dès cette année et s'engager à la respecter et on devrait tous travailler à remplir cet objectif,' soutient-il. Nous saurons le 18 novembre, à la clôture de la COP 22 si elle a transformé l'essai de la précédente. #COP22 De la COP21 à la COP22: Un 1er forum pour tisser des coalitions autour du climat https://t.co/0keOhEN44B- Cop 22 Marrakech (@Cop22_Forum) 29 juin 2016
Vidéos à la une
La crise migratoire, le développement des pays d'Europe centrale et orientale, le Brexit... Ce sont quelques-uns des thèmes très divers abordés par les personnalités de haut rang présentes à la 27ème session annuelle du Forum de Crans Montana à Vienne. L'ONG suisse à l'origine de l'évènement voulait y faire avancer les débats sur de grandes questions d'actualité, mais aussi rapprocher les décideurs autour de projets internationaux d'envergure comme la promotion de l'ancienne Route de la Soie. Au coeur de Vienne s'est tenue pendant quelques jours, la 27ème session annuelle du Forum de Crans Montana, du nom de cette ONG suisse qui entend travailler à la construction d'un monde plus humain. Dirigeants politiques, chefs d'entreprise et représentants de la société civile sont venus discuter de toute une série de thèmes comme la crise migratoire. Propos controversés du patriarche Grégoire III sur les réfugiés syriens A ce sujet et plus précisément sur l'accueil des réfugiés syriens en Europe, des propos ont détonné : ceux du patriarche Grégoire III, chef de l'Eglise orientale des Grecs melkites, proche du régime de Damas : 'C'est une épée à double tranchant, indique-t-il. Nous ne sommes pas contents qu'on dise : 'Bienvenue aux Syriens' parce qu'on veut les avoir chez nous, surtout quand on voit les problèmes qu'ils ont [une fois partis], poursuit-il. Mais je crois que surtout, l'Allemagne et la Suède ont trop invité les gens, il fallait être plus circonspect au début ; mes propres parents qui étaient dans de très bonnes conditions de sécurité sous ma propre protection ont trouvé une occasion de s'en aller !' déplore-t-il. En attendant un retour de la paix en Syrie, de nombreux Syriens continuent d'alimenter le flot de migrants aux portes de l'Europe. Tony Smith, du think-tank Borderpol, fait de son côté, le lien entre la gestion de cette crise migratoire et le Brexit voulu par les Britanniques. 'Ils ont voté pour une sortie de l'Union européenne parce qu'ils n'ont pas le sentiment qu'elle contrôle ses frontières, explique-t-il. Quand ils voient à la télévision qu'à certains endroits, les personnes qui arrivent ne sont pas correctement contrôlées, ajoute-t-il, et quand ils constatent que des attaques terroristes sont commises à Paris ou Bruxelles par des gens qui pour certains, sont venus illégalement par ces routes ou ont voyagé sans être inquiétés, ils ont peur.' Quel développement pour l'Europe centrale et orientale ? La peur, c'est aussi ce qui a motivé le refus de plusieurs pays d'Europe centrale et orientale d'accueillir des réfugiés. L'ancien Premier ministre hongrois Péter Medgyessy y ajoute une autre raison. 'Il faut aussi prendre en compte un facteur-clé, à savoir que ces pays n'ont pas de classes moyennes, estime-t-il. Donc les attributs traditionnels de ces classes moyennes comme l'empathie et le désir d'aider ne sont pas enracinés dans la société parce que du temps du communisme, on ne permettait pas ce genre d'initiatives,' insiste-t-il. Parmi les thèmes du Forum, le développement des pays d'Europe centrale et orientale. Alors que certaines nations tentent de trouver la prospérité au sein de l'Union, d'autres comme le Monténégro et l'Albanie ont pour objectif de la rejoindre. Tous aspirent en tout cas à mener des projets transnationaux comme la promotion de l'ancienne Route de la Soie comme le souligne Maria Magdalena Grigore, secrétaire d'Etat roumaine aux transports. 'Cette session annuelle a été très importante parce qu'elle nous a donné l'opportunité de souligner l'importance de ces liens multilatéraux entre un immense bassin de consommateurs et les grands exportateurs mondiaux, à savoir l'Europe d'un côté et la Chine de l'autre,' assure-t-elle. Central to Eastern European States represent a new World Power and the 21th Century Economic alternative #cmf16 pic.twitter.com/XAvci6AYTU- ATA Macedonia (@ATA_Macedonia) 30 juin 2016 'Des thèmes prétextes pour rassembler des personnalités de haut niveau' Bâtir une telle collaboration n'est pas une mission facile. Il faut trouver des financements pour se doter de nouvelles infrastructures et tisser des liens commerciaux plus forts entre les différents pays. Le forum donne la possibilité de gagner du temps pour ce projet comme pour d'autres d'après son fondateur. 'Les thématiques que nous proposons dans nos programmes ont pour seul but d'être un prétexte, insiste Jean-Paul Carteron, fondateur et président honoraire du Forum de Crans Montana, un prétexte pour rassembler des personnalités de haut niveau dont l'intérêt est de se rencontrer entre elles.' Lors de cette session annuelle, le Forum a décerné ses Prix de la Fondation notamment au président albanais Bujar Nishani, à la ministre marocaine de l'environnement Hakima el Haité et au président de l'Organisation internationale des chiens sauveteurs, l'autrichien Markus Bock. #CMF16 Remise des prix de la Fondation lors du CransMontanaF #CMF16 pic.twitter.com/IpbVbqIS9A- HElHaiteCop22 (HElHaiteCop22) 2 juillet 2016
Vidéos à la une
La présidente du Front national a rencontré vendredi à Vienne les membres du groupe parlementaire d'extrême-droite Europe des nations et des libertés (ENL) pour aborder le Brexit, les questions migratoires, les frontières de Schengen et la menace terroriste en Europe.
Société
Ce mercredi, les habitants de Valdivienne (Vienne) ont été touchés par une grosse tempête. Plusieurs maisons et granges ont été ravagées, à tel point que certains parlent d'une "mini tornade". Découvrez les photos des habitants. 
Vidéos à la une
Nos smartphones peuvent-ils aider à créer des modèles 3D sophistiqués qui permettent d'étudier et de préserver le patrimoine culturel européen ? Les chercheurs participant au projet européen Harvest4D en sont persuadés. Nous les avons rencontrés à Vienne. Dans les rues de Vienne, un groupe mitraille, smartphone à la main, l'une des curiosités de la capitale autrichienne, la cathédrale Saint-Etienne. Notre reporter Julián López Gómez précise : 'Il ne s'agit pas de touristes, mais d'informaticiens convaincus qu'à l'avenir, la protection du patrimoine culturel européen passera en grande partie par nos smartphones !' La plupart de ces appareils connectés sont aujourd'hui des concentrés de technologie, notamment dotés d'appareils photo perfectionnés. D'où l'idée de l'équipe du projet européen Harvest4D de les utiliser pour créer des modèles en 3D. 'Leur élaboration coûte très cher de nos jours notamment parce qu'on doit utiliser des équipements très coûteux, mais aussi parce qu'on doit prévoir exactement où mettre ces instruments pour être vraiment capables de recréer tous les éléments d'un objet, explique Michael Wimmer, coordinateur de ce projet et informaticien de l'Université technique de Vienne. Dans le cadre de ce projet, ajoute-t-il, on essaie de simplifier l'élaboration des reconstitutions, de ne pas recourir à des instruments coûteux, mais aux téléphones portables ou aux caméras numériques de M. Tout-le-Monde.' ICCV 2015 'Registering Images to Untextured Geometry using Average Shading Gradients' Paper https://t.co/OK4x3vprro pic.twitter.com/0TfCQP3ump- Harvest4D (@Harvest4D) 7 janvier 2016 Un système intelligent A l'issue de calculs mathématiques complexes, les photos sont transformées en modèles 3D. Mais avant d'en arriver là, il a fallu relever toute une série de défis techniques. 'La grande difficulté, c'est l'échelle, précise Samir Aroudj, informaticien à l'Université technique de Darmstadt (Allemagne). Certaines images sont prises de très loin, d'autres de près et ces différentes distances font qu'on distingue plus ou moins précisément la surface des objets, dit-il avant d'ajouter : Si une photo est prise de très loin, la surface sera plutôt imprécise et elle devra être précisée par celles qui ont été prises de très près, de manière à reconstruire correctement même les petits détails.' Il a fallu concevoir un système capable de faire des rapprochements entre les images et de fonctionner avec un environnement qui évolue, la lumière pouvant changer en fonction de la météo par exemple. 'Mon travail consiste à développer des modèles mathématiques et algorythmiques pour interpréter ces données et faire en sorte qu'une collection de points très denses - un million, un milliard de points - qui ont été mesurés dans le monde réel deviennent un objet virtuel en trois dimensions qui soit exploitable par les applications,' souligne Tamy Boubekeur, informaticien à Telecom ParisTech (Université de Paris-Sarclay). 'Finalement quand on essaie de porter le monde réel vers une représentation virtuelle, il faut arriver à faire trois choses à la fois : numériser la forme, le mouvement et l'apparence du monde réel pour en faire des applications interactives de réalité virtuelle,' indique le chercheur. Partner TU Delft: video http://t.co/pPV0S29DlP displays a model of a statue reconstructed from photographs only pic.twitter.com/BCIWiJo6ZK- Harvest4D (@Harvest4D) 1 juin 2015 Mais aussi la 4D Les scientifiques travaillent aussi sur les reconstitutions en 4D, c'est-à-dire auxquelles s'ajoute le facteur temps. Paolo Cignoni, informaticien de l'ISTI-CNR (Italie), nous présente une représentation de l'évolution d'un site archéologique élaborée à partir de photos prises à différentes dates. 'En nous déplaçant dans cette représentation en 3D, on peut voir de manière interactive les parties qui ont changé pendant le travail de fouilles et celles qui n'ont pas été modifiées par les archéologues.' L'étape suivante, c'est la conception d'applications concrètes dans l'étude et la protection du patrimoine. 'On peut tout-à-fait utiliser nos réalisations pour des expositions et des musées, insiste Michael Wimmer, coordinateur du projet. L'avantage de notre méthode, poursuit-il, c'est aussi qu'il est devenu si facile de créer ces modèles que même ceux qui travaillent sur les sites archéologiques par exemple peuvent participer directement et les élaborer eux-mêmes.' Ces chercheurs espèrent commercialiser leur technologie d'ici cinq ans.
Vidéos à la une
L'Organisation des pays exportateurs de pétrole n'est pas parvenue à s'entendre sur un plafond de production chiffré lors de sa réunion semestrielle à Vienne. OPEC keeps output policy unchanged, fails to agree new production ceiling: delegate: https://t.co/1rXfOMUZZK pic.twitter.com/MeYpeusksX- Reuters Top News (@Reuters) 2 juin 2016 La présence du nouveau ministre saoudien de l'Energie, Khaled el-Faleh a toutefois rassuré les investisseurs quant à la santé du Cartel après l'échec de Doha en avril. Le Cartel et la Russie n'avaient pu se mettre d'accord sur un gel de leurs niveaux de production, l'Arabie saoudite liant sa participation à une intervention concertée sur le marché à celle de l'Iran, qui avait refusé. Climat pacifié Les tensions si redoutées avec le frère ennemi iranien sont restées larvées. Ryiad s'est engagé à ne pas inonder le marché. Et Téhéran s'est contenté de plaider, aux côtés du Venezuela, en faveur d'un retour aux quotas par pays, qui lui permettraient de produire plus. L'Iran revendique en effet un quota de 14,5%, basé sur sa production historique. Cela reviendrait à 4,7 millions de barils par jour, près d'un million de plus que sa production actuelle. Le Cartel n'est pas mort Les 13 pays membres se sont félicités du rééquilibrage du marché qui a vu les cours du brut grimper de 80% depuis décembre, autour de 50 dollars le baril. 'N'allez pas vous imaginer que l'OPEP est morte !' a martelé le secrétaire général du Cartel, Abdallah el-Badri, qui tenait sa dernière conférence de presse. 'L'OPEP sera un acteur crucial de l'économie mondiale.' C'est le Nigérian Mohammed Barkindo qui lui succédera à la tête de l'organisation à compter du 1er août. Son nom a fait l'unanimité. Autre annonce de cette réunion : l'admission du Gabon dans les rangs de l'OPEP à partir du 1er juillet. L'OPEP pompe actuellement 32,5 millions de barils par jour. Cela représente environ un tiers de la production mondiale.
Vidéos Argent/Bourse
Ce mois-ci, la conférence de presse de son président Mario Draghi aura lieu à Vienne et non à Francfort comme à l'accoutumée. La banque centrale se réunira donc ce jeudi pour décider de la politique à mettre en oeuvre pour soutenir la croissance au sein de la zone euro. Mario Draghi est également très attendu sur le dossier grec après un accord récent entre Athènes et ses créanciers internationaux permettant le déblocage d'argent frais pour la Grèce en échange de réformes. - Avec: Benaouda Abdeddaïm, éditorialiste de BFM Business. Thierry Sarles, responsable gestion de taux chez CPR AM. Et Frederik Ducrozet, économiste Europe Senior chez Pictet Wealth Management. - Intégrale Bourse, du jeudi 2 juin 2016, présenté par Grégoire Favet, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Aujourd'hui, tous les regards se tournent vers Vienne et non à Francfort comme à l'accoutumée. La BCE tient en effet sa réunion de presse mensuelle. Mario Draghi doit notamment dévoiler ses nouvelles prévisions de croissance et d'inflation pour la zone euro. - Intégrale Bourse, du jeudi 21 janvier 2016, présenté par Grégoire Favet, sur BFM Business.
Vidéos à la une
"Il y a des étrangers qui violent des enfants et des femmes". Cette formule choc a été employée par Norbert Hofer, candidat à l'élection présidentielle autrichienne. Il y a encore six mois, ce membre du parti la Liberté, l'extrême droite du pays, était encore inconnu du grand public. Sa notoriété, il l'a acquise avec l'arrivée des réfugiés. Arrivé en tête au premier tour de la présidentielle avec 36% des voix, il pourrait bien l'emporter dimanche 22 mai.
Vidéos à la une
Juan Diego Flórez offre un avenir aux enfants défavorisés de son pays, le Pérou en leur enseignant gratuitement la musique. Il vient d'organiser avec des artistes internationaux, un concert de soutien à sa fondation au Musikverein de Vienne : le 'Gala Latina'. Offrir un avenir aux enfants défavorisés du Pérou grâce à la musique, c'est la mission que s'est donné Juan Diego Flórez avec sa fondation Sinfonía por el Perú. 'La musique peut améliorer la vie des enfants et des jeunes et elle a une très grande capacité à transformer la société,' assure-t-il. En s'inspirant du modèle d'El Sistema au Venezuela, le ténor de renommée mondiale a créé une série d'écoles de musique dans son pays, le Pérou. Environ 3500 enfants y jouent d'un instrument ou chantent dans un choeur. 'Ils apprennent la générosité, la discipline, ils apprennent à jouer pour remplir un objectif, atteindre l'excellence et révéler la beauté de la musique,' indique le ténor. 'Ce qu'il y a de plus important, c'est qu'ils acquièrent des attitudes et des valeurs qui leur serviront toute leur vie,' poursuit-il. 'Gala Latina' 'Il est essentiel, ajoute-t-il, que le public sache ce que je fais à côté : les gens savent que je suis chanteur, mais ils ne connaissent peut-être pas mon action au Pérou et je veux leur en parler.' C'est l'une des raisons pour lesquelles Juan Diego Flórez a récemment organisé un concert de soutien à sa fondation au Musikverein de Vienne : le 'Gala Latina'. Sur scène à ses côtés : un casting international de premier plan dont Erwin Schrott et Elisabeth Kulman, accompagné par l'Orchestre symphonique des Baléares. 'Je suis tellement touché de voir mes collègues chanter et faire don de leurs efforts, confie Juan Diego Flórez, c'est fantastique parce qu'ils y mettent tout leur coeur et tout le monde le ressent.' A few photos of this weekend's GALA LATINA at Musikverein Wien. Photos: Lukas Beck nadinecsierra maria_katzarava pic.twitter.com/zJLoVXunIp- Juan Diego Florez (@jdiego_florez) 25. April 2016 Erwin Schrott reconnaît de son côté que 'c'est toujours un honneur pour [lui] d'être invité à ce genre d'évènement : on est tous là pour le Pérou, ces enfants et leur avenir. Je suis simplement content d'être là et de m'inscrire dans un rêve, un voeu,' dit-le basse-baryton uruguayen. La mezzo-soprano autrichienne Elisabeth Kulman, renchérit : 'Je trouve cela génial de voir comment Juan Diego s'engage pour offrir un avenir. Ces enfants là-bas n'ont pas tellement de perspectives, mais grâce à la musique, l'art et l'éducation, ils ont un défi, un but dans la vie,' dit-elle. 'Faire éclore des orchestres et des choeurs dans tout le Pérou' Juan Diego Flórez suit de très près les progrès de ses protégés. 'Il y a des enfants qui me disent : 'Ma maison n'a pas de toit, il n'y a pas l'électricité, ni l'eau, je dois marcher 40 minutes pour venir à l'école de musique, mais je suis content ; avant, j'étais tout le temps triste, maintenant, j'ai le sourire' raconte-t-il. Donc c'est très important, c'est ce qui compte dans la vie,' affirme-t-il. 'Ce que j'espère pour l'avenir ? Amplifier nos actions, donner l'opportunité à beaucoup d'autres enfants de jouer de la musique et de chanter et faire éclore des orchestres et des choeurs dans tout le pays.'
Vidéos à la une
Le ténor superstar Juan Diego Flórez est une source d'inspiration pour des milliers d'enfants de son pays, le Pérou qui bénéficient du soutien de sa fondation 'Sinfonía por el Perú'. Il nous explique ses actions : 'Les enfants se rendent à l'école de musique après la classe pendant trois heures l'après-midi, cinq ou six jours par semaine, et ils pratiquent, ils jouent dans l'orchestre ou chantent dans le choeur,' indique-t-il. 'La pauvreté donne un sentiment d'exclusion et un enfant qui est exclus, c'est un enfant qui n'aura pas de réelles perspectives d'avenir, insiste le ténor. Mais si cet enfant sent qu'il y a quelque chose pour lui, qu'il peut jouer de la musique, alors il peut se dire qu'il est quelqu'un et cela change tout parce qu'avec la richesse qui vient de la musique, on peut vaincre la pauvreté matérielle,' assure-t-il avec enthousiasme. Pour lui, les résultats de cette mobilisation sont déjà visibles : 'Les résultats scolaires de ces enfants s'améliorent,' dit-il. Mais cela ne s'arrête pas là : 'Ce qui est très important aussi, c'est qu'à la maison, la violence diminue considérablement, souligne-t-il. Un autre aspect qui est fortement en recul du fait qu'ils jouent et qu'ils chantent dans le cadre de 'Sinfonia por el Peru', poursuit-il, c'est le travail des enfants - on parle d'enfants pauvres qui pour beaucoup, travaillent dans la rue - et grâce à nous, ce phénomène diminue considérablement, à hauteur de 90%. C'est un chiffre qui est issu d' une étude qu'on a faite,' précise-t-il. 'Ces enfants deviennent un exemple pour leurs parents et cela a un impact très fort, déclare-t-il. Les enfants d'une certaine manière influencent leurs parents, leurs parents influencent la communauté et c'est quelque chose qui est contagieux et qui finit par transformer la société et la rendre meilleure,' conclut-il.
Vidéos à la une
La Vallée des singes est un parc naturel exclusivement dédié à leur espèce. A Viennes, ce parc zoologique offre aux visiteurs une découverte du monde sauvage. A la vallée des singes le public est sensibilisé à la protection de l'environnement et au respect de ces primates en voie d'extinction.
Vidéos à la une
Il n'a même pas trente ans et dirige déjà l'Orchestre de la Tonhalle de Zürich, l'une des formations musicales les plus prestigieuses d'Europe. Lionel Bringuier, ses musiciens, ainsi que deux solistes Lisa Batiashvili et Gautier Capuçon, ont révélé toute la magie de la musique de Dvo ák et Brahms au Konzerthaus de Vienne. Parfois, la nature semble avoir le pouvoir d'apaiser l'Homme. C'est probablement dans un environnement semblable aux allées les plus calmes du parc du Prater à Vienne que le compositeur tchèque Dvo ák a écrit sa huitième Symphonie en 1889. Sa musique a de nouveau fait des miracles à l'occasion de la venue récente au Konzerthaus de l'orchestre de la Tonhalle de Zürich, dirigé par le talentueux Lionel Bringuier. Deux grands interprètes invités : Lisa Batiashvili et Gautier Capuçon ont livré une version lumineuse du Double Concerto de Brahms. Double concerto de Brahms : 'une oeuvre pleine d'humour et de légèreté' ''C'est une oeuvre pleine d'humour et de légèreté et nos deux solistes sont très doués pour faire ressortir cet esprit, souligne Lionel Bringuier. Je pense que c'est plutôt dans l'idée du dialogue, quand la musique passe d'un instrument à l'autre, dit-il avant d'ajouter : Rien que dans les regards complices, on sent cet humour.'' Une connivence est également présente entre Gautier Capuçon et le chef d'orchestre. 'Gautier est quelqu'un que j'apprécie énormément, indique Lionel Bringuier. Il y a eu une année où on était tous les deux au Conservatoire : j'avais 13 ans et Gautier venait d'en sortir à 17 ans, raconte-t-il. Quelques années plus tard, on s'est retrouvé sur scène : moi, je dirigeais, lui, il jouait en soliste et on adore jouer ensemble !' s'enthousiasme-t-il. Ready for the Tour! With Jean-Yves Thibaudet, Lisa Batiashvili, Gautier Capuçon pic.twitter.com/E5OHDyUUW2- Lionel Bringuier (@LionelBringuier) 8 avril 2016 Le Double Concerto de Brahms a une signification particulière aux yeux du violoncelliste français qui rappelle la relation du compositeur avec le violoniste Joseph Joachim : 'Brahms et Joachim se sont fâchés à un certain certain moment et ce Concerto, c'est l'oeuvre avec laquelle ils se sont réconciliés, donc il y a un vrai dialogue et une vraie symbolique sur la fraternité, l'amitié et les retrouvailles autour de ce Concerto,' insiste-t-il. A ses côtés sur scène et lors de notre entretien, Lisa Batiashvili évoque sa manière d'appréhender l'interprétation : 'Je pense qu'il faut toujours partager la musique, déclare la violoniste géorgienne, et pour moi, la musique est plus importante que les musiciens.' 'Donc, je m'en vais alors !' lance Gautier Capuçon avant de se raviser, sourire aux lèvres. Lisa rit et poursuit : 'J'essaie de servir la musique, mais en même temps, je puise de l'inspiration dans mes collègues et c'est incroyable quand on a tellement d'énergie sur la scène, on arrive à faire des choses qui nous rendent plus fort et on arrive à communiquer différemment avec le public,' assure-t-elle. Partage et compréhension mutuelle Gautier Capuçon revient pour sa part, sur l'importance de Vienne dans son parcours personnel : 'Vienne - pour moi - est très particulière : bien sûr, il y a Paris, mais il y a Vienne, ville dans laquelle j'ai fait mes études, où la musique résonne partout, indique-t-il. On sait qu'il y a une compréhension de la musique qui est différente quand on joue du Brahms à Vienne et c'est en même temps, délicieux de savoir que c'est une musique qui résonne dans le coeur de tous les gens ici.' Enfin, cette idée de partage, on la retrouve aussi chez le chef Lionel Bringuier. Ses musiciens et lui sont unis par l'amour de la musique et une profonde compréhension mutuelle : 'C'est cela que j'adore avec mes musiciens, dit-il, c'est qu'on a une complicité très, très forte et donc, souvent, on se comprend juste avec un clin d'oeil ou un sourire, on n'a pas besoin de faire de grandes gestes, surtout dans le cas d'une symphonie de Dvorak. Ce n'est pas le chef qui va tout faire, c'est le chef qui doit juste encourager les musiciens qui eux-mêmes vont transmettre à la salle et le but, c'est que le public ait l'émotion,' conclut-il. Yesterday night on stage with Lisa Batiashvili GautierCapucon Tonhalle-Orchester Zürich at the Alte Oper Frankfurt. pic.twitter.com/yuspZNNsXr- Lionel Bringuier (LionelBringuier) 22 avril 2016
Vidéos à la une
Emmanuel Macron était en visite chez Calor près de Vienne pour faire la promotion du "made in France".
Vidéos à la une
Alors qu'il avait prévu une simple visite à la centrale de Civaux, dans la Vienne, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a reçu un accueil bouillant de la part de la centaine de salariés d'EDF, inquiets pour leur avenir après la démission récente du directeur financier Des revenus d'électricité qui s'effondrent, des constructions au point mort, la situation financière du groupe est très instable. Pour remédier à cela, Macron a émis l'hypothèse d'une recapitalisation d'EDF par l'Etat.
Vidéos à la une
L'Hyperloop, un prototype de train propulsé qui atteindrait les 1 126km/h, pourrait s'implanter en Slovaquie. Et ainsi rejoindre les capitales de Budapest, ou Vienne, en moins de 10 minutes.
Vidéos à la une
Sur les 250.000 sapeurs-pompiers français, 200.000 sont des volontaires. Dans l'Ouest, les départements de la Vienne, des Deux-Sèvres, de la Charente et de la Charente-Maritime ont signé un partenariat avec la marque d'eau de source Jolival pour s'afficher sur ses bouteilles. Objectif : susciter des vocations.
Vidéos à la une
Chaque semaine, nous vous proposons une escapade à petits prix en France ou en Europe. Notre rendez-vous nous emmène en dehors des frontières de l'Hexagone avec une visite de Vienne. La Rédaction de TF1 vous donne ses bons plans pour un séjour réussi.
Vidéos à la une
Cette semaine on rencontre Joseph-Walter, un chauffeur de taxi décalé de Vienne !
Vidéos à la une
L'accord sur le nucléaire iranien bientôt sur les rails. Federica Mogherini et Mohammad Zarif sont à Vienne ce samedi pour finaliser la mise en oeuvre du texte, synonyme de levée des lourdes sanctions internationales qui frappent Téhéran depuis 10 ans. Le chef de la diplomatie iranienne en est convaincu, les sanctions seront levées dès aujourd'hui : 'C'est non seulement un jour important pour l'activité économique en Iran mais aussi pour la diplomatie. Aujourd'hui nous allons prouver au monde que les menaces, les sanctions, l'intimidation et la pression, ne fonctionnent pas.' Meeting JZarif in Vienna to finalise work for #ImplementationDay #IranDeal pic.twitter.com/CBiA2kmRaN- Federica Mogherini (FedericaMog) 16 Janvier 2016 .JohnKerry is in Vienna to consult with JZarif & FedericaMog on the Joint Comprehensive Plan of Action. #IranDeal pic.twitter.com/IZnrRkIFFa- Department of State (StateDept) 16 Janvier 2016 Pour qu'il y ait levée des sanctions, l'Agence internationale de l'énergie atomique doit formellement attester que l'Iran a bien rempli ses engagements, c'est le contenu de l'accord historique signé en juillet dernier avec les grandes puissances. Un accord destiné à garantir la nature strictement pacifique du programme nucléaire iranien.
Magazine
Ce dimanche 10 janvier, c'était la journée sans pantalon ! De nombreuses personnes à travers le monde ont participé à cet événement. Elles n'ont pas hésité à se promener en slip dans le métro. Découvrez quelques images !
Vidéos à la une
L'ancien siège du journal autrichien 'Kurier' à Vienne abrite aujourd'hui plus de 350 réfugiés. Alors que certains sont heureux, d'autres...
Vidéos à la une
Les attentats de Paris étaient dans les esprits des participants du sommet de Vienne consacré à la Syrie. Les responsables de la diplomatie mondiale se son entendus sur un calendrier visant à organiser des élections d'ici à 1 an et demi en Syrie. Les représentants russe, américain, européens, arabes et iranien se sont mis d'accord pour une feuille de route fixant une transition politique. Mais les divergences demeurent sur le sort réservé à l'actuel homme fort du régime syrien, Bachar al-Assad. La Russie refuse un départ immédiat de Bachar Al-Assad, alors que c'est une condition posée par plusieurs pays arabes et occidentaux. 'Nous avons redit que l'avenir de la Syrie doit être décidé par les Syriens eux-mêmes, a précisé le chef de la diplomatie russe, Sergey Lavrov. Cela vaut aussi pour l'avenir de Bachar al-Assad et des dirigeants politiques de ce pays'. Côté américain, on envisage les choses autrement, comme l'a expliqué John Kerry, le secrétaire d'Etat. 'La situation est telle qu'il est devenu un pôle d'attraction pour les combattants étrangers, a-t-il précisé. Les gens viennent des 4 coins du monde pour rejoindre les rangs de Daesh ou du front Al-Nosra, ds combattants engagés dans la lutte contre Assad. Et cette lutte va se poursuivre. La meilleure chose à faire face à cette situation, c'est - pour Bachar al-Assad - de reconnaître que pour sauver son pays, il doit accepter la transition et permettre aux pays de la région de s'unir pour détruire Daesh. Voilà la feuille de match'. Les diplomates ont dit vouloir organiser dès que possible, des négociations formelles entre le gouvernement syrien et l'opposition, sous les auspices de l'ONU. 'La tragédie à Paris a éclipsé en partie la réunion de Vienne, estime notre envoyée spéciale à Vienne. En tout cas, cela a renforcé les participants dans leur détermination à combattre le terrorisme, de manière unie et résolue'.
Vidéos à la une
Plus de huit heures de discussion, et la décision de se retrouver dans quinze jours : les discussions à Vienne sur la Syrie n'ont pas donné de résultat significatif. Américains, Russes, Saoudiens et Iraniens entre autres ont tenté de trouver des pistes de réflexion sur la fin de la guerre qui a fait 250.000 morts en Syrie. Et John Kerry n'hésite pas à manier l'ironie quand il revient sur ces discussions : 'Sergueï Lavrov, Javad Zarif, moi-même et les autres sommes d'accord pour ne pas être d'accord. La position des Etats-Unis est qu'il n'est pas question que le président Assad puisse rassembler et gouverner la Syrie et nous pensons que les Syriens méritent un autre choix. Notre but est de travailler avec des Syriens de plusieurs factions pour développer ce choix mais nous ne pouvons pas laisser nos différences empêcher la diplomatie de mettre fin aux tueries et trouver une solution'. 'Nous avons enfin réussi à rassembler autour d'une même table tout le monde sans exception', s'est félicité Sergueï Lavrov. 'Je crois que ni les Etats-Unis ni la Russie ne veulent revenir à une guerre d'influence', a t-il ajouté. A Vienne, notre envoyée spéciale Daleen Hassan : 'A l'issue de ces longues heures de discussion une nouvelle rencontre a été planifiée. le futur du président syrien sera la principale question de cette prochaine rencontre. Mais les observateurs ont souligné la participation de Ryad et Téhéran; un signe de rapprochement international et régional afin de trouver une solution politique à la crise syrienne et non pas uniquement montrer l'intention de discuter'.
Vidéos à la une
Réunis en sommet international à Vienne vendredi pour évoquer la crise syrienne, les diplomates ont échoué à se mettre d'accord sur une position commune concernant l'avenir de Bachar al-Assad. Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a toutefois souligné des "points d'accord".
Vidéos à la une
Laurent Fabius, a participé à la réunion internationale sur la Syrie, à Vienne, vendredi. Le ministre français des Affaires étrangère s'est exprimé après les huit heures de négociations: "La France fait tout ce qu'il faut pour arriver à la paix." Le ministre a réaffirmé la position de la France concernant Bachar al-Assad, le dirigeant syrien :" Pour nous, les choses sont claires, il est le principal responsable du désastre syrien, et donc il n'est pas question qu'il soit le futur de la Syrie". Laurent Fabius a confirmé qu'il restait encore des points de désaccord. Une nouvelle réunion internationale sera organisée dans deux semaines.
Vidéos à la une
La Syrie a-t-elle une chance de sortir de la guerre civile, un conflit qui a déjà fait plus de 250.000 victimes et causé le déplacement de millions de Syriens ? L'arrivée, ce jeudi à Vienne, du ministre iranien des Affaires étrangères n'est en tous cas pas passée inaperçue. Mohammad Javad Zarif participe vendredi aux pourparlers internationaux sur la Syrie. Et pour la première fois l'Iranien a rencontré John Kerry, le secrétaire d'Etat américain. Une rencontre improbable : alors que l'un soutient Bachar El Assad, l'autre appuie la rébellion syrienne. A l'issue de ce tête-à-tête, Mohammad Javad Zarif a déclaré avoir insisté pour que la solution à la situation en Syrie soit 'fondée sur un principe qui soit acceptable par toutes les parties, qu'il s'agisse des questions nationales, de la lutte contre le terrorisme, du respect du gouvernement syrien ou du droit des Syriens à décider de leur propre destin '. Une course pour sortir de l'Enfer Peu après cette rencontre, le ballet diplomatique s'est intensifié en fin de journée. Au total une douzaine de délégations sont attendues dans la capitale autrichienne. Et cette fois, les Européens seront bel et bien représentés. Federica Mogherini, la cheffe de la diplomatie européenne a fait le déplacement. 'Je crois, a-t-elle déclaré, que c'est déjà un compromis pertinent pour toutes les parties d'être ici ce soir et demain, d'accepter de siéger ensemble. Ceci est un point de départ très utile. Il y a une semaine à peine, il aurait été difficile d'anticiper une telle réunion'. Reste à savoir si cette réunion permettra une sortie de crise réelle en Syrie avec ou sans Bachar El Assad. Avec les Russes et les Iraniens d'un côté, les Américains et les Saoudiens de l'autre côté de la table le défi 'n'est rien moins qu'une course pour sortir de l'Enfer', a prévenu John Kerry.

Pages

Publicité