Vidéo associée: 

Mieux diagnostiquer la maladie de Crohn

Corps: 

Dans un hôpital du centre de Londres, l‘équipe médicale tente de faire reculer une affection qui touche chaque année quelque 700.000 Européens : la maladie de Crohn. Souvent, par honte, les malades préfèrent ne pas en parler à leur entourage.
“C’est vraiment une sale maladie !” lance Jill Fellows, une patiente atteinte, “les gens doivent en avoir conscience et ne pas penser que cela consiste juste à aller aux toilettes tout le temps parce que c’est bien plus que cela,” poursuit-elle : “j’ai eu de l’arthrite en lien avec la maladie de Crohn : je ne pouvais plus bouger les mains ; j’ai aussi été atteinte au niveau de la hanche et de l’oeil – il a enflé – ; c’est presque comme si cette maladie détruisait encore plus notre système immunitaire : on est sensible à tout,” conclut Jill Fellows.

Andrew Gilbert souffre lui aussi de cette maladie. Il raconte avoir traversé des moments très difficiles : “j’avais des douleurs horribles à l’estomac, une diarrhée terrible et je saignais,” dit-il. “A la fin de la journée, ils m’ont opéré, ils pensaient que j’avais une perforation intestinale ; donc ils m’ont ouvert le ventre puis m’ont renvoyé chez moi, mais par la suite, la douleur est devenue de plus en plus forte,” explique-t-il avant d’ajouter : “il a fallu deux ou trois ans pour qu’ils arrivent à conclure que c‘était la maladie de Crohn, j’ai subi tellement d’examens.”

Généralement, cette affection est diagnostiquée par rayons X ou par des techniques invasives comme une endoscopie ou une coloscopie. Mais ces chercheurs participant à un projet européen testent des procédés reposant sur les dernières technologies d’imagerie médicale. Ils tentent par exemple, de déceler par résonance magnétique, un épaississement des parois intestinales, l’un des premiers symptômes courants de la maladie.
Le radiologue Stuart Taylor des University College London Hospitals nous présente une série d’images : “là, par exemple, on peut voir une boucle anormale de l’intestin grêle : c’est une manifestation de la maladie de Crohn, c’est beaucoup plus épais qu’au niveau de la partie saine de l’intestin grêle,” dit-il, “du point de vue du patient, c’est un examen très sûr : on ne l’expose pas à des rayons, donc il n’y a pas de risques à long terme pour lui.”

Les images prises par résonance magnétique sont ensuite rapprochées de modèles qui prévoient certaines évolutions physiologiques chez les patients. Une aide précieuse pour les gastro-entérologues quand il s’agit de prescrire le traitement le plus approprié. “On est aujourd’hui, capable d‘être relativement certain de notre diagnostic, on peut dire : “le patient est atteint de la maladie de Crohn, de sténose, de fibrose ou d’inflammation,” insiste le gastro-entérologue Alastair Forbes des University College London Hospitals. “Si on peut en partie automatiser ce diagnostic par l’analyse virtuelle utilisant différents algorythmes scientifiques issus de ce programme, on aura la chance de pouvoir affiner encore plus la procédure,” assure-t-il.

Les scientifiques espèrent aussi que grâce à ces nouvelles techniques de visualisation – désormais, plus précises et plus claires -, les patients atteints seront davantage informés de l‘évolution de leur maladie. De quoi les aider à mieux vivre avec. “La recherche est essentielle,” souligne Jill Fellows, patiente atteinte, “on doit déterminer ce qui cause la maladie et si elle peut éventuellement être guérie, en particulier pour les plus jeunes parce que cela fend le coeur quand on voit autant de jeunes malades,” indique-t-elle.
“Nous approfondissons nos recherches fondamentales,” précise Frans Vos, de l’Université technologique de Delft, également coordinateur de ce projet de recherche baptisé VIGOR , “pour que l‘état du patient soit évalué de manière plus précise. Je pense que cette technologie sera bientôt prête à être utilisée, disons dans quatre ans environ,” estime-t-il.

A terme, ces procédés d’imagerie devraient aussi permettre de mieux lutter contre certaines maladies intestinales inflammatoires comme les colites ulcéreuses.

www.vigorpp.eu

Partager cette vidéo :

Publié le 01/07/2013

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité