Vidéo associée: 

Les belles promesses de la médecine régénérative

Corps: 

En cherchant à renforcer la capacité du corps à s’auto-guérir, la médecine régénérative est en passe de révolutionner le traitement médical. Alors que la médecine conventionnelle essaye de guérir les symptômes, la médecine régénérative tente, elle, d’inverser le cours de la maladie en ciblant sa cause, et en réparant le tissu ou l’organe défectueux. Le traitement, basé sur la recherche de cellules souches adultes, représente déjà une alternative concrète pour guérir de nombreuses pathologies.

Le professeur Silviu Itsecu est le direteur général de Mesoblast : “Nous développons des produits qui permettent d’injecter très facilement, par intraveineuse, des cellules souches, en tirant profit de leurs propriétés, qu’elles vont restaurer au tissu spécifique endommagé, que nous essayons de cibler. Par exemple, une articulation enflammée chez des patients avec de l’arthrite : les cellules vont se rendre par elles-même vers l’articulation enflammée, et la traiter de manière sélective. Nous nous penchons, aussi, sur les maladies pulmonaires. Dans certaines inflammations du poumon, les cellules, provenant d’une simple injection intraveineuse, vont aller directement au poumon malade, et seront capables de faire leur travail localement, sans aller vers d’autres tissus sains, vers lesquels on ne veut pas qu’elles aillent.’‘

La médecine régénérative représentera-t-elle un courant dominant de la médecine du futur? L’utilisation de cellules de la peau ou du sang ont donné jusqu‘à présent des résultats encourageants, même s’il y a encore beaucoup de travail, comme l’explique le prix Nobel 2012 Sir John Gurdon : “Pour les patients qui ont besoin d’un seul type de cellules, je pense que c’est une très bonne promesse. C’est autre chose de dire : ‘‘on va remplacer un cœur ou un cerveau entier’‘, là c’est compliqué. Mais pour remplacer certains types de cellules individuelles, il y a de bons espoirs.’‘

La recherche sur les cellules souches adultes est soutenue par l‘Église catholique, qui voit dans cette technique de pointe un moyen de concilier le progrès de la science et l‘éthique.

Partager cette vidéo :

Publié le 23/05/2013
Publicité