Vidéo associée: 

Comment empêcher le trafic d’objets culturels ?

Corps: 

Lesley de Londres :
'Comment des antiquités pillées en Irak et en Syrie par exemple peuvent-elles encore se retrouver sur le marché mondial de l'art malgré l'existence de plusieurs conventions internationales censées protéger le patrimoine mondial ?'

La réponse de Zeynep Boz, experte à la Section des traités relatifs à la protection du patrimoine culturel, Division du patrimoine, Secteur de la culture, UNESCO :

'Empêcher tout trafic illicite en général, c'est notre mission quotidienne : nous veillons à ce qu'aucun bien culturel en provenance de n'importe quel pays ne soit exporté illégalement. Cela dit, il existe une équipe qui travaille spécifiquement sur cette question pour l'Irak et la Syrie.
Les conventions internationales notamment celle de 1970 sont assez importantes, mais il faut avoir en tête qu'elles ne représentent qu'un point de départ et que l'étape suivante, c'est leur application au niveau national.

Difficile détection

Il est aussi très important de savoir que les biens culturels ne sont pas comme les drogues ou les armes. Dans le cas des drogues par exemple, les services des douanes ont des chiens renifleurs et pour les armes, ils ont des détecteurs de métaux, mais de tels dispositifs n'existent évidemment pas pour les biens culturels. En général, il s'agit de très petits objets qui peuvent être très facilement cachés sur des personnes qui voyagent.

Immense intérêt politique

A l'heure actuelle, on a plus de chance parce qu'il y a un immense intérêt politique pour la protection du patrimoine culturel dans les pays en conflit.
A cet égard, j'aimerais souligner l'importance de la Résolution 2199 des Nations Unies qui établit un moratoire mondial sur les objets culturels en provenance d'Irak et de Syrie.
C'est pourquoi on promeut les pratiques de diligence raisonnable. Ce terme désigne les efforts de vérification dont on fait preuve avant d'acheter un artéfact ou de le proposer à la vente.
Cette Résolution prévoit aussi des sanctions pour le trafic illégal d'objets culturels et il s'agit des mêmes sanctions qu'en cas de contrebande de pétrole.'

Si vous voulez vous aussi poser une question dans Utalk, veuillez cliquer sur le bouton ci-dessous.

Partager cette vidéo :

Publié le 08/01/2016

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages