Vidéo associée: 

France : jusqu’où iront Philippe Martinez et la CGT ?

Corps: 

Ce n'est pas une première, et certainement pas une dernière, mais l'épisode social que vit la France ces dernières semaines est l'un des plus importants que le pays ait connu ces dernières décennies. Les Français sont dans la rue et le pays se fige peu à peu à l'appel de plusieurs syndicats, dont la CGT.

Et en quelques semaines, cet homme à la moustache, le secrétaire général du plus important syndicat français est devenu incontournable. Philippe Martinez, 55 ans, a pris les rênes de la CGT il y a 15 mois.

Inconnu du grand public alors, il est désormais le fer de lance de la contestation de gauche contre ce gouvernement considéré comme 'traître' et n'a aucune intention de lâcher. Engagé dans un bras de fer, comme Manuel Valls et François Hollande, il refuse de céder :

'Quand il y a autant de contestation, quand il y a autant de rejet d'un projet de loi, il faut le retirer et recommencer à zéro pour rediscuter. C'est le bon sens qui doit l'emporter. La balle est dans le camp du gouvernement. S'ils nous disent, on recommence à zéro, ça va s'arrêter tout de suite, je vous le garantis'.

Un pouvoir certain de mobilisation et donc de nuisance pour le gouvernement. Le syndicat contrôle ou domine des secteurs-clés de l'économie, comme les transports, le pétrole, la chimie et peut, s'il campe sur ses positions, poser de sérieux problèmes de fonctionnement.

La CGT compte 688 000 adhérents. C'est plus qu'un parti politique, mais cela ne représente que 2,6 % des salariés français.

Il faut dire qu'il n'y a pas de syndicalisme de masse en France.

Seuls 8 % des salariés sont syndiqués. Ils sont par exemple 55 % en Belgique ou 82 % en Islande.

Le paradoxe français veut que, malgré cette faible représentation, des millions de Français suivent régulièrement les appels à la grève et à manifester.

'Philippe Martinez, l'homme qui peut', comme le titrent certains journaux, 'mettre la France à genou'
saura-t-il se conduire en leader jusqu'au bout ?

'Lancer une mobilisation comme celle-là, Martinez et la CGT ont plutôt réussi. Après il faut faire atterrir, il faut arrêter le navire, il faut lui faire prendre une direction. C'est très compliqué. C'est là qu'on verra le talent que peut déployer Martinez', explique Jean-Marie Pernot, spécialiste du syndicalisme de l'Ires, l'Institut de recherches économiques et sociales.

Quoi qu'il en soit, il a déjà réussi à mettre le plus impopulaire des présidents et le gouvernement au pied du mur. S'ils cèdent, s'écroule avec eux la crédibilité qui leur reste. S'ils ne cèdent pas, les Français leur imputeront l'impasse et la paralysie du pays.

La photo qui n'a pas été choisie... (même séance de pose, 23 avril 2015, siège de la CGT, Joel Saget/AFP) #Martinez pic.twitter.com/GtUu39qjKb- André Gunthert (@gunthert) 25 mai 2016

Partager cette vidéo :

Publié le 31/05/2016

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité