Vidéo associée: 

Vers une intervention hors du cadre de l’ONU en Syrie ?

Corps: 

Les échanges diplomatiques s’intensifient entre les capitales occidentales au sujet de la Syrie, amorçant sans doute un tournant stratégique.
Barack Obama a ainsi contacté le Premier ministre britannique, David Cameron, pour parler de la marge de manoeuvre des deux pays en dehors du cadre des Nations unies, si l’utilisation d’armes chimiques par le régime de Bachar Al-Assad était confirmée.

L’opposition syrienne, qui dénonce la frilosité internationale, les a clairement appelé à intervenir en Syrie.

“Je demande au président américain Barack Obama, le chef du pays le plus présent dans le monde, de se montrer responsable tant au niveau personnel qu’au niveau étatique, et je demande la même chose au président français François Hollande et au Premier ministre britannique, Mr Cameron”, a déclaré Ahmed Jarba, le président de la Coalition Nationale Syrienne.

Une réunion des chefs d‘état-major des grandes puissances occidentales mais aussi de l’Arabie Saoudite ou du Qatar est prévue ce lundi en Jordanie.

La Turquie plaide, elle aussi, pour la mise sur pied d’une action internationale.

“Si le conseil de sécurité de l’ONU n’est pas capable de faire quelque chose, et bien ce n’est pas la seule option et il sera inévitable pour les pays qui ont toujours défendu la conscience de l’humanité de se réunir et de prendre l’initiative de mener une action”, a indiqué Ahmet Davutoglu, le ministre turc des Affaires étrangères.

Livraisons d’armes, frappes ciblées : Barack Obama étudie la gamme des options militaires envisageables. La Marine américaine a d’ailleurs renforcé sa présence en Méditerranée.

Partager cette vidéo :

Publié le 25/08/2013
Publicité

Contenus sponsorisés