Vidéo associée: 

Une série de mesures annoncée pour sécuriser les trains en Europe

Corps: 

Davantage de contrôles des passagers et des bagages, plus de patrouilles armées, l'extension des billets nominatifs et une intensification des échanges de renseignement dans l'espace Schengen : voici quelques unes des mesures annoncées à Paris pour renforcer la sécurité dans les trains.

Huit pays européens ont répondu à l'invitation de la France pour élaborer un plan d'attaque face à la menace terroriste dans les transports ferrés mais aussi aériens, huit jours après l'attentat du Thalys.

'Dans un cadre plus global, nous sommes convaincus du besoin urgent d'établir le cadre d'un Passenger Name Record (PNR)européen, correspondant à l'orientation générale du conseil de l'Union européenne et permettant d'assurer une solide protection des données afin de pouvoir détecter rapidement les individus dangereux qui pénètrent ou transitent sur nos territoires', a ainsi déclaré Bernard Cazeneuve, le ministre français de l'Intérieur, à l'issue de la réunion.

Qu'est-ce que le PNR ?

Le Passenger Name Record ou Données des Dossiers Passagers est un système permettant de glaner des informations sur les trajets aériens effectués par une personne : date, lieu de départ et d'arrivée, etc..

Plusieurs pays, tels que les Etats-Unis ou le Royaume-Uni ont déjà mis en place ce type de bases de données.

En Europe, ce fichier n'existe pas pour l'instant. Il est bloqué depuis 2011 faute d'adoption au Parlement européen, car il pose des problèmes de respect de la vie privée.

Les points-clés de ces mesures

Environ 370 trains internationaux pénètrent chaque jour sur le sol français, comme le Thalys, dans lequel Ayoub El Khazzani était monté à Bruxelles.

Quant à la généralisation des billets nominatifs, sachez que pour l'instant en France, 60 % des billets de train français portent le nom d'un passager.

Concernant l'échange d'informations entre pays, les Etats devront 'insérer de manière systématique' dans le Système d'Information Schengen (SIS), 'le nom des personnes suspectées d'être jihadistes'.

Les neuf pays européens réunis à Paris plaident aussi pour que les agents et les policiers puissent accéder à ces bases de données à bord des trains.

Divergences de points de vues en Europe

Assurer la sécurité tout en respectant la libre circulation, c'est la difficile équation que les pays européens tentent de résoudre.

L'Allemagne par exemple s'oppose à un contrôle systématique des bagages pour ne pas pénaliser les voyageurs qui empruntent le train quotidiennement.

Partager cette vidéo :

Publié le 30/08/2015

Toutes les vidéos

20/09/2017

À DÉCOUVRIR AUSSI