Vidéo associée: 

Ukraine : un 1er mai signe de fracture à Kiev

Corps: 

Les nostalgiques du communisme et de l'Union soviétique se sont réunis à Kiev ce vendredi pour célébrer la Fête du travail. Et cela pourrait bien être la dernière avec des drapeaux rouges et des effigies de Lénine car une loi est en cours d'élaboration qui interdirait tous les symboles de l'époque soviétique...

Les Ukrainiens pro-européens n'ont, eux, pas célébré ce 1er mai.

Volodimir Viatrovitch est historien :
'L'une des raisons principales de ce rejet est que cette fête est la fête de la Russie soviétique. Si, en Russie, le passé soviétique est en cours de réhabilitation, il n'en est pas question ici, le processus est à l'inverse une condamnation de ce passé soviétique'.

Un 1er mai qui cristallise donc la fracture qui est celle de l'Ukraine aujourd'hui. Des militants nationalistes anti-communistes ont tenté dans l'après-midi de perturber la manifestation mais la police les en a empêchés et plusieurs ont été arrêtés.

La statue de Lénine, arrachée par des manifestants pro-Maïdan l'année dernière, est un autre exemple d'un passé que beaucoup voudraient renier.

A Kiev, notre correspondant Sergio Cantone :

'C'est sous cette statue que se déroulaient les grandes manifestations du 1er mai, avant le mouvement populaire de 2014. C'est un souvenir partagé par certains encore aujourd'hui, notamment des communistes qui voudraient continuer à célébrer la fête du travail. Mais les autres ne veulent plus entendre parler du sens de cette célébration.'

Partager cette vidéo :

Publié le 01/05/2015
Publicité

Contenus sponsorisés