Vidéo associée: 

Turquie : le dialogue avec Bruxelles repart du bon pied

Corps: 

Le dialogue turco-européen repart du bon pied, et l‘événement pouvait difficilement passer inaperçu. Lors d’une longue conférence de presse à Bruxelles, représentants européens et turcs ont officialisé la relance des négociations d’adhésion après trois ans de blocage.

“ Nous avons ouvert un nouveau chapitre de négociation après 40 mois d’attente, explique le ministre tuc des Affaires européennes Egemen Bagis, mais pendant ces 40 mois, nous avons continué à travailler en faisant des réformes. L’hirondelle ne fait pas le printemps mais c’est un bon début. Pour l’ouverture des chapitres suivants, nous attendrons la levée des obstacles politiques. “

La condamnation de six journalistes à la prison à vie pour appartenance à un parti interdit pas plus tard qu’hier rappelle néanmoins le chemin qui reste à parcourir en matière de droits fondamentaux.

“ Il est très important que les chapitres 23 et 24 soient ouverts car ce sont deux dossiers-clé : les droits fondamentaux et la justice, analyse Amanda Paul du European Policy Centre. Sinon, c’est comme demander à la Turquie de poursuivre sa route alors que le feu reste au rouge. L’Union européenne doit débloquer ces deux chapitres pour donner à la Turquie les bons repères dès que possible. “

Le pays a commencé les pourparlers d’adhésion en même temps que la Croatie en 2005, mais depuis un seul chapitre sur 35 a été clos, preuve des difficultés politiques et diplomatiques mais aussi des réticences européennes à envisager réellement un élargissement à la Turquie.

0’17
“ Nous avons ouvert ce chapitre après 40 mois d’attente mais pendant ces 40 mois, nous avons continué à travailler. Nous avons mis en place de nombreuses réformes. L’hirondelle ne fait pas le printemps. Ce chapitre s’ouvre après une longue attente. Mais c’est un bon début, Pour l’ouverture des suivants, nous attendronts la levée des obstacles politiques. “

00’31

0’44
“ Il est très important que les chapitres 23 et 24 soient ouverts, car ce sont des dossiers-clé : les droits fondamentaux et la justice. Mais en réalité, l’Union européenne demande à la Turquie de poursuivre sa route alors que le feu reste au rouge. Elle doit débloquer ces deux chapitres pour donner à la Turquie les bons repères dès que possible. “

Partager cette vidéo :

Publié le 05/11/2013

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages