Vidéo associée: 

Trêve en Syrie : la Turquie très critique

Corps: 

La Turquie ne croit pas au cessez-le-feu censé entrer en vigueur ce samedi en Syrie. Pour le Président Recep Tayyip Erdogan, les Occidentaux et la Russie ne font que servir leurs propres intérêts et le régime de Bachar al-Assad en sortira renforcé.

Implacable, il a durement critiqué le projet russo-américain devant des responsables locaux réunis à Ankara. ' Nous soutenons un cessez-le-feu qui soulagerait nos frères syriens, a-t-il dit, mais il est préoccupant de voir qu'avec ce cessez-le-feu, le régime d'Assad - qui est responsable de la mort de plus d'un demi-million de personnes - ainsi que les puissances qui le soutiennent, reçoivent ouvertement un appui, alors que le ton est beaucoup plus hésitant à l'égard de l'opposition. '

Les opérations contre l'Etat islamique et le Front Al-Nosra se poursuivront pendant la trêve, et la Turquie craint que cela ne serve de prétexte aux Russes et au régime syrien pour bombarder les rebelles. Mais pour le chef de la diplomatie russe, rejeter ce cessez-le-feu est irresponsable.

' Le jour où la Russie et les Etats-Unis ont approuvé cette initiative conjointe de cessez-le-feu en Syrie, a déclaré Sergueï Lavrov, des voix s'élevaient dans des capitales de pays alliés des Etats-Unis, y compris même à Washington, pour émettre des doutes sur la viabilité de cet accord. Nous voulons dire clairement que ces voix sont un appel à la guerre plutôt qu'à la paix. '

Alors que la Russie a commencé à discuter avec des groupes rebelles syriens, consultant aussi l'Arabie saoudite et l'Iran, Barack Obama a reçu le roi Abdallah II de Jordanie. A cette occasion, le Président américain s'est dit prudent sur les chances de succès de la trêve, évoquant une situation très difficile sur le terrain.

Avec AFP

Partager cette vidéo :

Publié le 24/02/2016

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité