Vidéo associée: 

Syrie: Washington pour un soutien militaire aux rebelles, Moscou opposé

Corps: 

Aider militairement les rebelles syriens, Washington semble décidé à le faire. Mais comment opérer concrètement ? La Maison-Blanche a écarté au moins temporairement l’idée avancée par le Pentagone d’instaurer une zone d’exclusion aérienne. Trop compliquée, apparemment. Autre possibilité : fournir des armes et des munitions, ce que l’administration Obama a toujours refusé de faire jusqu‘à présent.

Cette option est loin d’emporter l’adhésion du secrétaire général de l’ONU qui voudrait encore croire à une solution politique. “Fournir des armes aux parties en présence, ce ne serait pas une bonne manière de règler la situation, a ainsi affirmé Ban Ki-moon. Il n’y a pas de solution militaire. Seule une solution politique peut règler la situation de manière durable”.

La communauté internationale semble encore un peu plus divisée sur le dossier syrien, avec les Américains d’un côté, les Russes de l’autre.
Moscou qui juge “peu convaincantes” les accusations américaines sur le recours aux armes chimiques.

“Comment peut-on se fier à des données non fondées avancées par les services de renseignement américain ? Ce n’est absolument pas possible, après le précédent irakien, estime Alexei Pushkov, responsable de la commission des Affaires étrangères à la Douma. Par ailleurs, pourquoi le régime de Bachar al-Assad aurait-il eu recours à du gaz sarin contre des rebelles, à petite échelle. Militairement parlant, ce n’est absolument pas rationnel”.

De leur côté, l’Union européenne et l’OTAN dénoncent toujours l’utilisation d’armes chimiques en Syrie. Et de réclamer plus que jamais que des enquêteurs de l’ONU puisse aller faire des vérifications sur le terrain.

Partager cette vidéo :

Publié le 15/06/2013

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité