Vidéo associée: 

Syrie : la guerre dans la guerre

Corps: 

Bachar El Assad pendant ce temps, tient le cap. Ses apparitions publiques sont rares, celle-ci est la dernière en date, une rencontre avec des membres du clergé libanais. Manière de montrer que pour lui, la vie continue, même si le pays est à feu et à sang.

Car s’il y a bien une certitude en Syrie, c’est que les divisions entre rebelles sur le terrain servent les intérêts de son régime. La situation dans le pays en proie à la guerre depuis début 2011 devient kafkaïenne. Autrefois unis, même si très différents contre une ennemi commun, Assad, les nombreux mouvements de l’insurrection sont aujourd’hui en guerre contre un nouvel ennemi, ex allié : l’Etat islamique en Irak et au Levant, l’EIIL. Un groupe sunnite venu d’Irak, né en avril 2013 se réclamant d’Al Qaeda. Ce qu’ils veulent: établir la charia dans toute la région, dissoudre les frontières entre Irak et Syrie et y instaurer un état islamique. Leur chef, ici, Abou Bakr al-baghdadi, ancien d’Al Qaeda, classé parmi les 10 terroristes les plus dangereux de la planète. Une organisation prête à tout.

Tarek Abud, analyste politique:
“Ils portent des ceintures d’explosifs quand ils se déplacent dans la rue. Ils n’arriveront pas à avoir le soutien d’une population effrayée. Tout ce qu’il peuvent faire, c’est utiliser la violence pour intimider les gens”.

Et en effet, la population se révolte contre eux et leurs agissements. Accusés d’enlèvements, de torture et d’assassinats, ils font règner la terreur dans les zones qu’ils contrôlent. Pour les contrer, une nouvelle alliance a vu le jour, dont l’unique but est de les chasser ou les éliminer : “l’Armée des moujahidines”. C’est ainsi qu’ils se sont nommés, un regroupement de 8 brigades, essentiellement des groupes islamistes et qui estiment que l’EIIL leur a volé leur révolution.

Pourtant, au départ, cette révolution ce sont eux qui l’ont initiée, ceux de l’ASL, l’Armée syrienne libre. Les pays occidentaux espéraient qu’elle serait capable de renverser le président syrien, elle est aujourd’hui considérablement affaiblie. Une grave erreur des occidentaux selon cet expert anti-terroriste, Saad Al-Muttalibi :

“Malheureusement, de mauvaises décisions politiques qui ont été prises par les occidentaux à l‘égard de la Syrie, ce qui a alimenté et renforcé l’EIIL, la rhétorique de l’EIIL, et sa capacité à devenir une menace mondiale.”

Et le conflit déborde déjà. Au Liban où l’EIIl a revendiqué un attentat il y a quelques jours, et en Irak, ou ils mènent une offensive contre le gouvernement. Un cercle vicieux… Faute de prouver son efficacité sur le terrain, l’ASL elle, peine à convaincre les occidentaux de lui fournir des équipements militaires.

Partager cette vidéo :

Publié le 08/01/2014

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité