Vidéo associée: 

Syrie : à Genève, les pourparlers de paix sont suspendus

Corps: 

Staffan Mistura, l'envoyé spécial de l'ONU a beau rester confiant : les pourparlers de paix sur la Syrie sont bel et bien dans l'impasse. Ce lundi à Genève l'opposition syrienne a finalement suspendu sa participation formelle aux discussions pour protester contre les violations du cessez-le-feu sur le terrain. Des violations partielles, a reconnu l'émissaire des Nations unies.

Mais cette suspension des négociations a été aussitôt dénoncée par le représentant de Bachar el-Assad.
'Il y a une volonté turco-israélo-saoudienne de faire échouer les négociations inter-syrienne à Genève', a déclaré à Euronews Bashar Jaafari. 'La faction de l'Arabie saoudite n'a pas attendu plus deux jours faire échouer les négociations et cela est une preuve que ces négociateurs n'ont pas la volonté politique essentielle pour faire réussir ce dialogue d'une façon sérieuse et responsable.'

Face à ces crispations, 'le fossé est clairement large', a déclaré l'envoyé spécial de l'ONU. 'Mais personne ne peut s'attendre à ce qu'après cinq ans de conflit, une transition politique soit trouvée en une semaine.'

L'opposition est aussi vent debout contre les dernières suggestions de Staffan de Mistura qui a proposé un fractionnement du pouvoir en Syrie dans le cadre de la transition politique : un processus dans lequel Bachar el-Assad partagerait ses responsabilités avec l'opposition.

La question est de savoir si des négociations informelles peuvent encore avoir lieu. C'est que souhaitent en tous cas de nombreux syriens, explique notre correspondante à Genève Faiza Garah.

Partager cette vidéo :

Publié le 19/04/2016

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité