Vidéo associée: 

Suède : la police cache une vague d’agressions sexuelles

Corps: 

Au mois d'août, le festival de musique 'We Are Sthockholm' est LE rendez-vous à ne pas manquer pour des milliers d'adolescents. L'envers du décor, chaque année, l'événement donne lieu à de nombreuses agressions sexuelles que la police suédoise reconnaît finalement, près de six mois plus tard, avoir caché. Elle avoue avoir passé sous silence les informations concernant ces agressions et fait son mea-culpa.

'Ne pas avoir donné assez d'informations est une mauvaise chose. Nous devons nous pencher sur la question et faire en sorte que cela ne se reproduise pas', explique le chef de la police Dan Eliasson.

Au total, 38 agressions sexuelles, dont deux viols, ont fait l'objet de plaintes pendant les éditions 2014 et 2015 du festival.

'J'assistais au festival. Avec les filles, on s'amusait bien, on dansait beaucoup. Et puis tout à coup, des gars sont arrivés. Ils ont commencé à soulever nos jupes et à nous tripoter. Alors nous avons fait signe aux hommes de la sécurité et les gars ont dû partir', explique une jeune-fille.

Selon un journal local, plusieurs personnes avaient, à l'époque, été arrêtées, principalement des étrangers. Une information maniée avec prudence par les autorités, mais qui, pour certains, ne semble pas des plus importantes.

'Je pense qu'il ne s'agit pas seulement de garçons venus d'autres pays. Cela peut aussi bien arriver avec des Norvégiens ou en Suède et en Allemagne. Eux aussi font la même chose quand ils sont saouls. Je pense qu'il n'y a pas de différence entre les différents hommes', dit une jeune étudiante en Suède.

Partager cette vidéo :

Publié le 13/01/2016

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages