Vidéo associée: 

Sommet Eurozone : Un accord dans la semaine sinon…

Corps: 

Alexis Tsipras est de retour à Bruxelles avec un soutien populaire plus fort que jamais. Une parenthèse démocratique qui fait perdre un temps précieux aux négociateurs et irrité plusieurs dirigeants européens. D'entrée de jeu, Angela Merkel a balayé l'idée d'un nouveau programme d'aide, faute de garanties suffisantes.

'Il faut certainement de la solidarité au niveau européen et de la responsabilité au niveau national', a déclaré la chancelière allemande, Angela Merkel. 'En d'autres termes, un effort et un contre-effort sont mutuellement nécessaires. Sans solidarité et sans réformes, il ne sera pas possible d'atteindre notre but.'

Parmi les plus conciliants avec la Grèce, Jean-Claude Juncker et François Hollande espèrent toujours un accord pour éviter le Grexit. A son arrivée le Président français a rappelé les clés du succès.

'L'esprit qui doit animer ce Conseil est le suivant', a expliqué François Hollande. 'RESPONSABILITÉ, parce que c'est un enjeu européen majeur et que chacun doit faire son travail ; SOLIDARITÉ, parce que nous devons surmonter une fois pour toutes ces difficultés si elles sont surmontables ; Et puis enfin, RAPIDITÉ, parce que nous devons faire vite.'

Ce mardi, les pays de la zone Euro attendaient des propositions précises et détaillées de la Grèce. Elles n'arriveront finalement que mercredi. Un Eurogroupe pourrait alors se tenir par téléconférence pour analyser le document.

'Les banques grecques se vident et la Grèce doit rembourser un prêt de 3,5 milliards d'euros à la Banque Centrale européenne pour le 20 juillet', rappelle James Franey, correspondant d'Euronews à Bruxelles. 'Alexis Tsipras va donc devoir accepter un accord rapidement pour éviter à la Grèce de sortir de l'euro. Un scénario qu'il affirme vouloir éviter désespérément.'

Partager cette vidéo :

Publié le 07/07/2015

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

20/09/2017