Vidéo associée: 

Sommet européen : espionnage et immigration s’imposent à l’agenda

Corps: 

L’espionnage américain menaçait de dominer l’agenda du sommet européen ce jeudi à Bruxelles.

Le malaise était en tout cas palpable à l’arrivée des 28 chefs d’Etat et de gouvernement, incapables jusqu‘à présent de présenter un front uni sur la question. Le premier ministre belge, Elio Di Rupo, a appelé ses pairs à y remédier. “On ne peut pas accepter, de qui que ce soit, cet espionnage systématique. Il faut trouver une collaboration avec un certain nombre de pays pour que cesse cette attitude,” a-t-il dit, avant de rejoindre le Conseil.

Les pays du sud comptaient bien cependant imposer la question de l’immigration clandestine à l’agenda du Conseil. Trois semaines jour pour jour après la tragédie de Lampedusa, ils exigent des actes. “Nous voulons que cette réunion du Conseil se concentre sur la réponse à l’immigration. Ce qui s’est passé à Lampedusa ne devrait jamais se reproduire. Notre position est très claire et nous voulons que l’Europe change d’attitude sur cette question,” a déclaré le président du Conseil italien, Enrico Letta.

Difficile dans ce contexte d’honorer pleinement l’ordre du jour officiel sur la mise en place d’un marché unique du numérique, l’emploi des jeunes, l’union bancaire ou encore la coordination des politiques économiques.

Partager cette vidéo :

Publié le 25/10/2013

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité