Vidéo associée: 

Santiago Segurola : “Un Euro moyen avec trop d‘équipes”

Corps: 

Paula Villaplana, Euronews :

'Bonjour. Maintenant que l'Euro est terminé, l'heure du bilan est venue. L'heure d'analyser tout ce qui s'est passé pendant ces 31 jours de compétition. Pour analyser les points clés du tournoi, nous allons à Madrid où se trouve Santiago Segurola, journaliste espagnol et fin connaisseur du football international, qui travaille actuellement pour Diario As.'

'Bonjour Santiago et merci d'être avec nous. Nous commençons avec ce qui s'est passé ce dimanche. Le Portugal est donc champion d'Europe. Que pensez-vous de cette finale ?'

Santiago Segurola : 'C'était une finale très fermée, marquée par la blessure de Cristiano Ronaldo. Ca a été surprenant car la France était favorite mais c'est une victoire qui honore un petit pays au grand football. Le Portugal avait fait fureur il y a 50 ans avec une magnifique génération, les Eusebio, Coluna, et Simoes lors de la Coupe du monde en Angleterre où ils avaient atteint les demi-finales. Mais ils n'ont jamais pu soulever aucun trophée. Ils y sont parvenus cette fois avec une équipe dotée de moins de qualités que les équipes de 1966 ou de 2000 avec Figo. En tout cas, c'est une victoire méritée, d'autant que sans aucun doute possible, le favori était la France.'

Euronews : 'Pensez-vous que dans cet Euro, on a davantage insisté sur certains joueurs en particulier plutôt que sur un jeu collectif ?'

Santiago Segurola : 'Ca a été un Euro moyen, avec trop d'équipes selon moi. Ca a été une compétition idéale pour les petits pays comme l'Islande, le Pays de Galles ou l'Irlande du Nord. Ils ont eu l'occasion de participer à un événement dont ils avaient toujours été absents jusque là. Je pense que le calendrier a été trop serré, les joueurs ont ressenti la fatigue. Ca a été un tournoi avec plus de beaux gestes individuels que du beau jeu d'équipe.'

Euronews : 'Comme vous l'avez dit, il y a eu non seulement d'excellents joueurs mais aussi des équipes nationales qui nous ont tous surpris comme le Pays de Galles ou l'Islande...'

Santiago Segurola : 'Oui, il y a de petites équipes. C'est toujours beau à voir parce que c'est difficile pour eux. Ils n'ont pas une population nombreuse, peu de joueurs professionnels. Ils sont plus que bienvenus à de tels événements. L'Islande a, davantage que d'autres, joué comme une équipe. Le Pays de Galles a deux joueurs exceptionnels : Gareth Bale, qui est une star du football international et Aron Ramsey. Son absence en demi-finale contre le Portugal a eu un gros impact sur l'équipe.'

Euronews : 'Je me dois de vous poser la question sur la performance décevante de l'Espagne. Est-ce que vous imaginiez cela ? Quelles étaient vos impressions sur 'la Roja' avant le début du tournoi ?'

Santiago Segurola : 'L'Espagne est une équipe avec de bons joueurs qui jouent dans de grandes équipes. Mais ils n'ont plus ce feu qu'ils ont eu en 2008 et 2012. Maintenant, la transition va être difficile. Le Portugal a fait cela bien mieux. Ils ont de nouveaux jeunes joueurs qui se sont bien intégrés à l'équipe. Ce n'est pas le cas en Espagne.'

Euronews : 'Et pour finir Santiago, quelle est votre opinion sur le monde du football aujourd'hui ? Particulièrement dans la perspective de la prochaine Coupe du monde qui aura lieu dans deux ans ?'

Santiago Segurola : 'A propos de la Coupe du monde 2018, mon pronostic est que l'Allemagne sera favorite. Elle a sn style. Elle n'a pas été assez en pointe cette fois-ci en attaque, mais je pense que cette équipe domine maintenant le football mondial.'

Euronews : 'Merci, c'était notre analyse sur l'Euro qui vient de s'achever. Merci beaucoup Santiago Segurola d'avoir répondu aux questions d'Euronews.'

Partager cette vidéo :

Publié le 11/07/2016

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité