Vidéo associée: 

Retrouvailles économiques en vue pour Berlin et Téhéran

Corps: 

L'Allemagne anticipe la levée des sanctions économiques contre l'Iran avec la visite de son ministre de l'Economie à Téhéran. C'est la première fois depuis près de 15 ans qu'un membre du gouvernement allemand est reçu par le gouvernement iranien.
Sigmar Gabriel est venu ce lundi avec des industriels allemands, impatients de renouer les liens avec leurs homologues iraniens.
Une visite rarissime donc depuis la crise du nucléaire iranien, et délicate en raison des liens étroits de l'Allemagne et d'Israël, l'ennemi juré de l'Iran.

'Avec le récent accord nucléaire et les événements à venir, de nouvelles questions seront soulevées pour l'Iran et nous avons développé la base, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays, pour oeuvrer à la sécurité au Moyen-Orient. Et je crois que c'est aussi dans l'intérêt de l'Iran.Développer la sécurité dans la région et sécuriser Israël est d'une grande importance pour nous' a tenu à préciser Sigmar Gabriel.

'Nous espérons un rebond après le retrait des sanctions et il semble que l'Allemagne, les entrepreneurs, comme l'Etat sont déterminés à nous aider à mettre derrière nous cette ère de restrictions, de récession économique. Nous n'avons jamais eu de relations agressives avec l'Allemagne' a déclaré le ministre iranien du pétrole, Bijan Namdar Zangeneh.

Pendant des décennies, l'Allemagne a été le plus grand partenaire commercial de l'Iran en Europe.
L'année dernière, les exportations allemandes vers l'Iran sont passées à 2,4 milliards d'euros en prévision d'un allégement des sanctions.
Le marché allemand estime qu'elles pourraient quadrupler d'ici quelques années.

Les secteurs allemands de l'automobile, de la chimie, et des énergies renouvelables sont susceptibles d'être les plus grands bénéficiaires de l'ouverture du marché iranien.

Avec Reuters

Partager cette vidéo :

Publié le 21/07/2015

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages