Vidéo associée: 

Reprise des négociations entre l’Iran et le Groupe des Six à Genève

Corps: 

Après des années compliquées, les deux parties vont tenter durant deux jours de s’entendre sur un plan permettant de sortir de l’impasse nucléaire.

Catherine Asthon, la chef de la diplomatie européenne qui présidera les réunions se veut résolument optimiste : “J’espère que nous aurons deux journées productives, une occasion d’examiner les propositions que nous avons mises sur la table mais aussi les idées qui viennent d’Iran”.

L’arrivée à la présidence iranienne du modéré Rohani a favorisé un certain dégel. Il semble décidé à rompre l’isolement diplomatique de la République islamique.

Mais a le président Rohani a-t-il vraiment la main et l’appui du guide suprême ? Voilà ce qu’en pense cet expert interrogé par notre correspondant à Londres : “Je pense qu’il n’y a pas de doute que Rohani et Zarif sont sérieux dans leur volonté de conclure un accord qui va supprimer les sanctions, ils ont pris le pouvoir de le faire et ils ont l’autorité du Guide suprême pour tenter de trouver un accord pour tenter de se débarrasser de ces sanctions. Par contre, que l’autorité suprême leur permette d’accepter les compromis nécessaires, là je suis beaucoup plus réservé”, estime Mark Fitzpatrick, expert en relations internationales.

Les Américains se disent prêts à un allègement rapide des sanctions en cas d’accord même si les négociateurs ne se font guère d’illusions. Les Occidentaux soupçonnent l’Iran de chercher à se doter de l’arme atomique. Téhéran assure que son programme n’a que des visées pacifiques.

Partager cette vidéo :

Publié le 15/10/2013

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité