Vidéo associée: 

Présidentielle américaine : les marchés votent Clinton

Corps: 

Les marchés n'ont pas manqué une miette du premier débat entre les deux prétendants à la Maison Blanche.

Certes, ni Hillary Clinton, ni Donald Trump, ne sont entrés dans les détails de leurs programmes économiques. Mais la dénonciation, par le Républicain, du traité de libre-échange nord-américain, signé par Bill Clinton en 1993, a donné des sueurs froides aux milieux d'affaires.

.realDonaldTrump calling out HillaryClinton's support for NAFTA = most searched moment during tonight's debate. #Debates2016 pic.twitter.com/ooclo3Nozb- Official Team Trump (@TeamTrump) 27 septembre 2016

A Ford, notamment, accusé à maintes reprises par Donald Trump de détruire des emplois américains pour les délocaliser au Mexique.

Le constructeur automobile - qui a effectivement délocalisé la production de ses petites voitures au Mexique - a aussitôt réagi sur Twitter : au cours des cinq dernières années, rappelle-t-il, il a investi 12 milliards de dollars aux Etats-Unis, créant 28.000 emplois.

Ford has more hourly employees and produces more vehicles in the U.S. than any other automaker. pic.twitter.com/k15cqknsvX- Ford Motor Company (@Ford) 27 septembre 2016

Les places européennes ont en tout cas salué la prestation de la démocrate Hillary Clinton en repartant à la hausse ce mardi. Car les marchés ont choisi leur camp.

'Donald Trump a très probablement une idée différente de l'économie et du libre échange, à même de perturber le reste du monde,'explique Robert Halver, analyste à la Baader Bank. 'Les marchés seront plus calmes si Clinton l'emporte. Mais même si c'est Donald Trump, après le choc initial, les marchés se reprendont. Parce que même Donald Trump ne peut ignorer complètement l'ordre mondial.'

Une opinion pragmatique qui ne fait pas l'unanimité.

Avec AFP, Reuters.

Partager cette vidéo :

Publié le 27/09/2016