Vidéo associée: 

Pistorius était sain d'esprit au moment du meurtre, selon les psychiatres

Corps: 

PRETORIA - 30 juin 2014 - Le procès de l'ancien champion paralympique sud-africain, Oscar Pistorius, a repris lundi. Il avait été suspendu pendant un mois, le temps que le champion de 27 ans, accusé du meurtre de sa petite amie, ne soit examiné par des experts psychiatriques.
Lundi, lors de la reprise du procès, le procureur Gerrie Nel a lu, devant la Cour, le rapport des experts. Ils concluent qu'Oscar Pistorius était en pleine possession de ses facultés mentales lorsqu'il a tué sa petite amie en 2013 : "M. Pistorius ne souffrait pas au moment des faits d'un problème mental ni d'une maladie mentale qui auraient pu le rendre criminellement irresponsable des crimes qui lui sont reprochés", a déclaré le procureur, lisant le compte rendu du professeur Scholtz.
Au mois de mai dernier, la défense du champion paralympique avait fait citer à la barre une psychologue sud-africaine. Elle avait affirmé qu'Oscar Pistorius, qui vivait constamment armé, souffrait d'un trouble anxieux généralisé. Mais après la contre-expertise, ce portrait psychologique d'un homme dérangé au point de ne pas savoir ce qu'il faisait quand il a tiré, ne tient pas.
Accusé d'avoir sciemment tué Reeva Steenkamp après une dispute, Oscar Pistorius plaide non coupable. Il assure que dans la nuit du 13 au 14 février 2013, il aurait ouvert le feu et tiré quatre fois sur la porte des WC de la salle de bains de sa chambre, se sentant attaqué par un cambrioleur. En réalité, c'était sa compagne qui se trouvait à l'intérieur.

Partager cette vidéo :

Publié le 30/06/2014
Publicité

Contenus sponsorisés