Vidéo associée: 

Publié le 17/02/2016

Pétrole : l’Iran refuse de geler sa production

Corps: 

Rallier l'Iran à un gel de la production d'hydrocarbures à ses niveaux de janvier : c'était la mission des ministres du pétrole d'Irak, du Venezuela et du Qatar ce mercredi à Téhéran.

L'Iran ne veut pas réduire sa production de pétrole https://t.co/e6FTlMj0ht- Les Echos (@LesEchos) 16 février 2016

En vain : tout juste libéré des sanctions internationales, l'Iran ne veut pas faire les frais d'une situation dont il n'est pas responsable, une position clairement défendue par son ministre du pétrole, Bijan Namdar Zanganeh, mardi : 'il est important de noter deux choses : il y a un excès d'offre, mais l'Iran ne renoncera pas à son quota de production.'

Téhéran prévoit de renouer avec son quota antérieur aux sanctions d'ici la fin de l'année. Le pays estime que c'est aux membres de l'OPEP qui dépassent leurs quotas de réduire leur production pour soutenir les prix, Arabie saoudite en tête. Le royaume produit actuellement près de quatre fois plus que l'Iran.

Ipek Ozkardeskaya, analyste de marché chez LCG, ne voit pas l'Iran infléchir sa position. 'Je pense que l'Iran va faire pression sur l'Arabie saoudite pour continuer à faire ce qu'il avait prévu de faire avant que la situation ne devienne aussi dangereuse. L'Iran ne quittera pas volontairement la partie avant d'avoir pu commencer à jouer.'

Faute de compromis entre l'Arabie saoudite et l'Iran, l''accord historique':http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/02/16/20002-20160216ARTFIG00159-l-accord-entre-l-arabie-et-la-russie-ne-fait-pas-remonter-le-prix-du-petrole.php conclu mardi entre Riyad et Moscou risque de rester lettre morte. Il ne sera en effet validé que si tous les grands producteurs s'engagent à l'appliquer.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet